Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La CGT d'Air France souhaite que la compagnie rapatrie la maintenance des avions en France


Quatre jours après le communiqué du syndicat Alter qui dénonçait la maintenance des avions en Chine, en évoquant des incidents techniques suite à ces grandes visites, c'est au tour de la CGT d'entrer dans le jeu. Le syndicat réitère sa revendication première : "Tout avion et tout passager d'Air France doit être traité par du personnel Air France".



La CGT d'Air France souhaite que la compagnie rapatrie la maintenance des avions en France
Officiellement, la CGT lance "un appel à la raison à la direction d’Air France". Dans son communiqué, le syndicat reprend les réponses formulées par la compagnie aux accusations d'Alter, à savoir que "La compagnie se borne à répéter en boucle que Taeco, l’entreprise chinoise qui entretient une partie de nos appareils, est réputée sûre. C’est un peu court comme argument, la politique de l’autruche n’est pas compatible avec la sécurité des vols. Celle-ci ne doit pas être un tabou et doit être appréhendée avec TOUS les acteurs de l’entreprise. N’en déplaise à la direction d’Air France, la sécurité des vols n’est pas qu’une affaire de pilotage mais bien l’affaire de l’ensemble des salariés Air France, garants de la chaîne de sécurité dans notre entreprise. Si les pilotes Air France sont sereins lorsqu’ils prennent les commandes d’un appareil, c’est aussi grâce à des professionnels Air France motivés et bien formés. Pour combien de temps encore ?"

Pour la CGT, la maintenance d'Air France est elle aussi victime du plan Transform’2015 qui tranche dans les conditions sociales des salariés et dans les investissements d’avenir. Et de conclure :"Cette externalisation de la maintenance d’une partie des avions à l’étranger (Maroc, Chine, Afrique du Sud, …) va entraîner la suppression de près de 600 emplois à la maintenance". Le syndicat souligne que "La direction d’Air France ne peut faire l’économie d’un débat complet sur la question de la sécurité des vols, en compagnie de tous les acteurs concourant à la réalisation des vols, qu’ils soient navigants ou au sol".