Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 3 Octobre 2013

La CGT dénombre 10 fois plus d'incidents de sécurité que la SNCF



A chaque manifestation, il est flagrant que les organisateurs du mouvement et les forces de l’ordre n’ont pas les mêmes méthodes de calcul. Il semble que la SNCF et la CGT vivent une situation similaire. La centrale syndicale dénombre 1063 incidents de sécurité en 2012 alors que la direction avance seulement le chiffre de 126.



La CGT dénombre 10 fois plus d'incidents de sécurité que la SNCF
Selon la CGT, 1063 incidents de sécurité ont été dénombrés en 2012 «dont 211 déraillements», a précisé Robert Leroy de la fédération nationale CGT Cheminots, chargé des questions d'hygiène et de sécurité lors d’une conférence le 3 octobre 2013. En se basant sur des informations internes à la SNCF, il précise que «Sur les six premiers mois de l'année (2013), il y a eu 668 incidents notables». La compagnie ferroviaire avait présenté un tableau très différent en juillet 2013, annonçant seulement 126 événements sur la même période. Pour le syndicat, la direction de l’entreprise «restreint les informations» et ne listerait pas tous les incidents lors des comités d'hygiène et de sécurité (CHSCT). «Vis-à-vis de nos CHSCT, la SNCF a failli dans la transparence», a assuré Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération. L’organisation a également prévenu qu’elle se porterait partie civile dans l’enquête sur le déraillement du train de Brétigny-sur-Orge du 12 juillet dernier. Elle refuse que les cheminots chargés de la maintenance soient pointés du doigt dans l’accident. «On ne veut pas qu'on tire sur un lampiste» mais «qu'on aille chercher les raisons plus profondes» du drame, a conclu Gilbert Garrel.