Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La FNAM chiffre la grève des contrôleurs à 20 millions d’euros de perte de recette


Alors qu'un nouveau mouvement de grève des contrôleurs aériens se profile en fin de cette semaine, la FNAM - après avoir dénoncé l'action - a fait ses comptes : 1300 vols annulés et plus de 20 millions d’euros de perte de recette pour le transport aérien français.



Plus de 1 300 vols ont été annulés les 8 et 9 avril et la FNAM a une estimation un peu plus faible que la nôtre de la facture, en calculant une perte de recette supérieure à 20 millions d’euros pour le transport aérien français. A laquelle il faut ajouter les pertes indirectes de repositionnement des vols, la prise en charge des passagers et le manque à gagner des espaces commerciaux des aéroports par exemple. Nos estimations ne sont donc finalement pas si éloignées. Alors que de nouvelles actions sont prévues les 16, 17, 18 avril ainsi que le 30 avril, le 1er mai et le 2 mai, la FNAM met en garde contre «les effets catastrophiques qui pourraient toucher les compagnies aériennes françaises si les autres préavis de grève des contrôleurs aériens se confirmaient».

La FNAM, en annonçant son estimation, rappelle que «les vols courts et moyens courriers constituent une part significative de l’activité totale des compagnies aériennes françaises qui, pour l’essentiel, restent en perte d’exploitation». L'organisation qui représente 95 % du transport aérien français ajoute «Certaines compagnies membres de la FNAM ont perdu plus de 60% de leur chiffre d’affaires, les seules économies ayant porté sur le carburant des vols annulés. Les effets induits sur la marge sont donc désastreux pour les compagnies aériennes françaises et l’aviation d’affaires tout comme les impacts sur les aéroports. Ces 2 journées de grève ayant eu lieu lors d’une semaine de 4 jours, la semaine entière a été pénalisée avec des effets en amont et en aval sur les compagnies et donc sur leurs clients directement».