Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 14 Janvier 2013

La FNAUT souhaite un meilleur rapport qualité/prix du train et une offre à bas coût sur les lignes SNCF



La SNCF a annoncé une hausse de 2,3 % de ses tarifs TGV, TER et Intercités, le 13 janvier 2013 qu’elle justifie par la mise en place d’un programme d’investissement des services de 2,6 milliards d'euros. De nombreuses associations d’usagers se sont exprimées face à cette nouvelle. La FNAUT réclame entre autres un meilleur rapport qualité/prix du train et une offre à bas coût.



La FNAUT souhaite un meilleur rapport qualité/prix du train et une offre à bas coût sur les lignes SNCF
Comme l’AVUC, la Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports (FNAUT) émet des réserves sur la nouvelle hausse des prix de la SNCF qui seront en vigueur le 24 janvier 2013.
«Il est évident qu’une hausse des tarifs doit impliquer aujourd’hui une remise à niveau très rapide de la qualité de service, qui ne peut se limiter à des problèmes de ponctualité ou d’état d’entretien du matériel», explique l’association. La FNAUT constate «des réductions de services pour les TER (en particulier des transferts sur route incitant les usagers à reprendre leur voiture), les trains Intercités d’équilibre du territoire (TET), souvent supprimés à cause de travaux (et dont les tarifs ont déjà augmenté à l’été 2012) et que ce phénomène apparaît aussi pour les TGV sur des relations transversales mais aussi radiales».
Pour l’organisation, il est indispensable d’augmenter fortement le rapport qualité/prix du train. Ainsi, elle demande une nouvelle fois que «la SNCF mette en place au plus vite une offre alternative à bas coût» :
- un minimum de services ferroviaires Intercités, parallèlement aux lignes à grande vitesse, aux tarifs plus accessibles que le TGV ;
- une offre TGV low cost étendue à l'ensemble des lignes à grande vitesse ;
- une offre TER développée comme alternative crédible à l'automobile ;
- la suppression de la réservation obligatoire sur les «anciens Téoz» qui limite la souplesse d'accessibilité au train pour les voyageurs.

La FNAUT explique qu’elle «attend ainsi de la SNCF et de RFF des efforts importants d’améliorations du service dans leurs domaines respectifs, mais aussi de l’Etat par la mise en place d’un système de gouvernance ferroviaire plus efficace, réactif et transparent vis-à-vis des usagers».