Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 14 Octobre 2010

La France va-t-elle déclarer une guerre ferroviaire à l'Allemagne ?



Alors que le premier train à grande vitesse allemand circulait mercredi 13 octobre dans le tunnel sous la Manche, Dominique Bussereau, le secrétaire d'État français aux transports a condamné fermement sur LCI la décision d'Eurostar de faire circuler des trains Siemens. Pour lui, "Cette décision est nulle et non avenue". Il considère que la sécurité, notamment en cas d'incendie, n'est pas garantie par les trains à grande vitesse utilisés par la Deutsche Bhan (DB)



© Ministère des Transports
© Ministère des Transports
C'est la première fois qu'un Ministre français s'exprime aussi clairement, et sèchement, sur une décision prise par la filiale de la SNCF. Eurostar, de son côté, a toujours précisé qu'aucun élément concret ne démontrait l'absence de fiabilité du matériel Siemens. La presse germanique s'est indignée d'une décision jugée protectionniste et contraires aux règles européennes. D'autant que Dominique Bussereau a bien précisé que "Le contrat ne peut pas être signé tant que les conditions de sécurité et d'homologations du matériel ne sont pas respectées". Selon les experts, il faudra au moins deux ans d'analyses pour déterminer si les trains allemands sont conformes aux règles sécuritaires mises en place par la France et la Grande-Bretagne pour l'exploitation de la ligne.



1.Posté par chapelle le 15/10/2010 10:22
Cela ressemble tellement au coup du Concorde que nous avaient fait les américains !!!
Observons : la fin de cet épisode en dira long sur une Europe libérale ou non! Et donc sur le respect ou le mépris des utilisateurs !!!.....

2.Posté par Eric Videlier le 15/10/2010 12:36
Eternel problème du ferroviaire français... À chaque fois qu'il est possible à la SNCF de rouler hors des frontières, il s'agit bien sûr d'une reconnaissance de cette "excellence ferroviaire française" et, somme toute, d'une logique naturelle aux yeux des décideurs tricolores.

Par contre, sitôt que des convois étrangers, même moins "glorieux" que les TGV, ont l'outrecuidance de parcourir nos rails à nous, il s'agit d'un sacrilège ! Ainsi, que de tracas soi-disants techniques ont été élevés, pour ne pas dire érigés tels des barricades, lorsque quelques rames régionales suisses ont été prévues de circuler entre Genève et Bellegarde, ou lorsque les FS italiens ont demandé à pouvoir faire circuler des ETR entre Milano et Lyon.

Retour de manivelle de nos voisins helvètes, lorsque les nouveaux TER ont été proposés sur des liaisons vers La Chaux-de-Fonds, ceux-ci ont rendu la pareille à la SNCF, et ces TER ont été interdits aussi longtemps qu'ils n'étaient pas équipés de l'équipement de sécurité suisse.

Résultat de cette arrogance de la SNCF, du constructeur Alstom et de nos "chers" dirigeants, les offres françaises sont de plus en plus souvent écartées au profit de la concurrence : la Chine part avec un avantage pour le réseau TGV californien, le constructeur Siemens dame le pion à Alstom sur le Transmanche..., en attendant la suite. Quel gâchis...