Mercredi 11 Juillet 2012

La GBTA revoit ses prévisions à la baisse pour les USA à cause de l'euro-crise


L'incertitude économique en Europe va considérablement ralentir la croissance des voyages d'affaires aux États-Unis jusqu'à la fin de l'année. Telles sont les conclusions de la dernière étude de GBTA sur les tendances du déplacement professionnel outre-Atlantique «GBTA BTI Outlook – United States», parue le 10 juillet 2012.



La GBTA revoit ses prévisions à la baisse pour les USA à cause de l'euro-crise
Les préoccupations pour l'économie américaine - y compris la faible croissance de l'emploi, la baisse de confiance des consommateurs et des ventes au détail ou encore le ralentissement des bénéfices des entreprises - ont créé d'importants vents contraires pour les voyages d'affaires à court terme selon la GBTA. Ainsi, l’association a considérablement abaissé ses prévisions américaines pour le reste de l'année, malgré les prix plus élevés et une demande relativement forte qui ont conduit à une croissance solide du secteur ces derniers mois. L'association d'acheteurs prévoit maintenant que le total des dépenses pour les voyages d'affaires aux USA ne devrait croître que de 2,2 % et atteindre 256,5 milliards de dollars d'ici fin 2012. Cela représente une décote de 1,4 % depuis le dernier trimestre, lorsque l’organisation avait tablé sur une croissance de 3,6 % pour la fin de l’année.

Pour 2013, la GBTA suggère une légère baisse (-0,7 %) jusqu’à obtenir 435 millions de déplacements. D'autre part, les dépenses pour les voyages d'affaires devraient croître l’année prochaine de 4,7 % aux États-Unis et s’élever à 268,5 milliards de dollars. Le budget pour les courts séjours augmenterait de 3,6 % et celui des groupes de 5,1 %. Les déplacements internationaux, portés principalement par les relations avec l’Asie et surtout la Chine, vont rebondir avec l’arrivée de 2013. Ils présenteront alors la meilleure progression de 2013 avec une hausse des dépenses de 7,2 % de croissance. Toutefois la GBTA prévient, «Si la situation en Europe s’aggrave encore, les prévisions pour 2013 pourraient, elles aussi, être corrigées.»