Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 5 Mars 2013

La Maison Blanche veut que les portables restent déverrouillés



Saisie par une pétition, la Maison Blanche s’est prononcée pour le maintien du déverrouillage des téléphones portables, alors que la Bibliothèque du Congrès fait valoir que le changement d’opérateur téléphonique contrevient à une loi sur les droits d’auteur.



La Maison Blanche veut que les portables restent déverrouillés
C’est une affaire qui intéresse hautement les voyageurs d’affaires américains, mais pas seulement. Au début de l’année, la Bibliothèque du Congrès s’est prononcée contre le déverrouillage des téléphones portables qui permet de changer d’opérateur pour son mobile, y compris à l’étranger pour éviter les frais de « roaming ». Pour elle, cette disposition contrevient à une loi sur les droits d’auteur et le déverrouillage devrait devenir illégal aux Etats-Unis. Tollé, une pétition est lancée et le nombre de signataires atteignant 114 000 personnes, la Maison Blanche a du - comme c’est prévu par les textes lorsque le nombre de signatures dépasse 100 000 - publier sur son site « We The people » une prise de position sur le sujet. En l’occurrence elle est claire : "Il est de bon sens et essentiel de protéger le choix du consommateur, et il est important de nous assurer que nous continuions à avoir un marché des télécommunications mobiles dynamique et compétitif, qui apporte des produits innovants et un service fiable pour répondre aux besoins des consommateurs", explique sur le site de la Maison Blanche R. David Edelman, conseiller de la présidence pour les affaires numériques . "C'est particulièrement important pour les appareils mobiles d'occasion ou les appareils que vous recevez en cadeau ou que vous achetez, et que vous voulez activer sur le réseau téléphonique sans fil qui répond à vos besoins -- même si ce n'est pas le réseau sur lequel l'appareil a été activé au départ. Tous les consommateurs ont droit à cette flexibilité", a-t-il ajouté. La Commission Fédérale des Communications devrait se saisir de la question et la Maison Blanche a promis de suivre le dossier, y compris sur le plan législatif.