Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 26 Mai 2010

La croissance mondiale des transports annoncée comme "très forte" ces prochaines années



Le forum international des transports, qui dépend de l'OCDE, vient d'établir dans un rapport que "La hausse de la demande en matière de transport devrait tripler dans le transport aérien d'ici à 2050". Les experts confirment ainsi les prévisions de IATA même si tous ne sont pas encore d'accord pour déterminer l'origine de cette croissance et les pays qui devraient en profiter le plus.



Pour Jack Short, secrétaire général du Forum international des Transports "Il est aujourd'hui acquis que des pays à très fort développement économique comme la Chine ou l'Inde devraient tirer leur épingle du jeu plus facilement que des continents comme l'Europe ou l'Amérique du Nord". Selon les experts présents, il faudra également "régler le dilemme rencontré aujourd'hui par les constructeurs d'avions à qui les compagnies aériennes demandent des moteurs de plus en plus propres, de moins en moins chers et de plus en plus simples à entretenir".

Parmi les autres moyens de transport, les spécialistes reconnaissent que le train pourrait jouer un rôle important dans les liaisons frontalières ne dépassant pas en moyenne, pour les lignes à grande vitesse, entre trois et cinq heures de trajet. Enfin, la voiture, largement montrée du doigt pour ses émissions de CO2, reste à ce jour le moyen de transport privilégié dans le monde. Malgré tout, face aux augmentations du prix des carburants et à la mise en place efficace de moyens de transport en commun, les experts prédisent un ralentissement du développement du parc automobile à partir de 2020. Jack Short confirme cependant "qu'il est impossible aujourd'hui de déterminer les axes de développement des transports routiers, ferroviaire ou aérien tant l'État de l'économie mondiale pilotera les choix".

Il reste que cette croissance n'est pas due à une envie mais un besoin: tous les participants reconnaissent que la montée en puissance des échanges humains explique naturellement cette hausse des moyens de transport même si la question qui se pose aujourd'hui est de savoir quand et comment elle s'arrêtera !