Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La filiale congolaise de Brussels Airlines s'envolera bientôt de Lubumbashi


Après un parcours de plus de deux ans, Korongo Airlines pourrait être enfin visible dans le ciel congolais d’ici mars ou avril. Le gouvernement de la République Démocratique du Congo, qui freinait son lancement depuis plusieurs mois, vient de remettre à la direction les licences d’importation des avions, le sésame nécessaire pour voler. Sa première ligne devrait être Lubumbashi-Johannesburg via une correspondance à Kinshasa.



La filiale congolaise de Brussels Airlines s'envolera bientôt de Lubumbashi
Korongo Airlines, filiale congolaise de Brussels Airlines.brusselsairlines.com/, devrait enfin prendre son envol en mars ou avril prochain, selon le journal La Dernière Heure. Annoncée dans un premier temps pour fin 2010 puis fin 2011, la compagnie vient d’obtenir les licences d’importation des avions signées du gouvernement congolais, une des dernières étapes administratives nécessaires pour son lancement officiel. Basée à Lubumbashi, la compagnie mènera ses activités principalement sur le marché africain, à l’exemple de sa première ligne qui reliera la capitale de la Province du Katanga à Johannesburg via Kinshasa.
70 % de la nouvelle société est détenue par un holding dont Brussels Airlines possède 50,5 % et le Groupe Forrest 49,5 %. Les 30 % restants appartiennent à des investisseurs congolais.






1.Posté par Moto le 19/02/2012 20:37
Le problème est de savoir comment a Belgique va assurer la surveillance continue en RDC pour les avions belges ! La surveillance est un mechanisme tres sophistiqué, et ce n'est pas un audit tous les ix mois. Il y a vraisemblablement un laisser aller très regrettable de à part de la DGAC belge.
Les magouilles financières ne sont pas très loin !

2.Posté par lechinois3000 le 20/02/2012 13:48
Comme tout le monde le sait, le groupe Forrest est propriété d'un homme (Forrest) qui est recherché par le tribunal pénal international pour vente d'armes à des groupes génocidaires.