Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


La fin d'une bulle de tranquillité


Cette fois c'est sûr : si l'avion est pour vous un espace de réflexion, de pause, de relaxation intégrale loin du monde et de son agitation habituelle, il va vous falloir en profiter voire en exploiter toutes les minutes ces prochains mois. Car après les sms et l'internet, le haut débit arrive à bord.



Peut être faites vous partie de ces accros du net, ces nomophobes dont je vous parlais l'autre jour, qui vivent un voyage en avion comme une plongée en apnée, limite traumatisés? Dans ce cas la nouvelle sera bonne pour vous : un partenariat entre Immarsat, opérateur de satellites, et Honeywell, spécialisée dans l'avionique, va mettre le web en haut débit dans les avions en 2014. Et les passagers pourront ainsi "skyper" et utiliser leurs tablettes, smartphones et autres portables à bord comme ils le feraient sur leur table de cuisine. Immarsat va lancer en 2013 trois satellites dédiés et Honeywell vendre aux compagnies l’équipement matériel et logiciel qui sera embarqué dans les avions. Les deux entreprises promettent un débit de 10 Mo/s en réception en utilisant - je parle pour les spécialistes - la bande de fréquence Ka qui offre, me dit-on, 4 fois plus de bande passante que la fréquence Ku actuellement utilisée. Comble du comble, les deux partenaires - les inconscients ! - affirment ainsi que « Les voyageurs pourront tout faire en temps réel» y compris des «vidéoconférences ou assister à des présentations multimédia en vol pratiquement n'importe où dans le monde». Horreur, malheur, pauvre de moi ! Et ma bulle, alors ?

Il ne me reste qu'à user et abuser des temps tranquilles qu'il me reste pour espérer voyager sereine. Ou encore mettre un cierge à Sainte Rita, la patronne des causes désespérées, pour qu'elle trouve avec moi suffisamment de passagers récalcitrants à cette intrusion dans leur tranquillité. A moins qu'elle ne soit inspirée pour insuffler un esprit de lucre aux compagnies elles mêmes : si elles sont très gourmandes sur le prix de la connexion, peut être les passagers seront-ils dissuadés d'interrompre ma sieste ? Allez, Sainte Rita, un bon geste !

Hélène Retout

Lundi 23 Avril 2012


Notez