Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 24 Février 2016

"La loi El Khomri c’est bien, mais il faudrait que les ministres voyagent français"



Le patron d’Havas Voyages affirme qu’il embauchera 47 personnes si la loi Travail passe, et seulement 21 si elle ne passe pas. Coup de pub ou conviction ?



Laurent Abitbol
Laurent Abitbol
Laurent Abitbol est un patron qui ne se "la joue" pas. PDG du groupe Marietton qui emploie aujourd’hui 1250 salariés, il est aussi Président de Havas Voyages depuis le mois de novembre. Et comme il n’a pas sa langue dans sa poche, il a fait hier mardi un peu sensation sur l’antenne de RTL en disant à Manuel Valls que lui, qui "vote pourtant plutôt à droite", considère que le projet de loi El Khomri estt "formidable". Il explique qu’il ne "serait plus angoissé d’embaucher " si la loi passe.

Il estime que "Vous allez nous permettre d'engager du monde avec une sécurité et pour le salarié et pour le chef d'entreprise. Aujourd'hui nous avons peur d'engager car nous ne savons pas quel est notre carnet de commandes demain". Il précise sur l'antenne que si la loi passe, il embauchera 47 personnes. Il précise au Figaro : "j'envisage de recruter quatre personnes pour chacune de mes trois nouvelles agences Voyages Auchan. J'ai également besoin de 21 animateurs de clubs et onze salariés administratifs. Ils seront payés entre 1700 et 2200 euros bruts par mois auxquels s'ajoutent des intéressements. Je me donne deux ans pour que ce projet marche. Sinon, j'y mets fin ".

La loi n’étant pas encore présentée au parlement, on voit mal comment le timing pourrait être tenu pour les embauches d’ici 3 semaines, si bien que la déclaration de Laurent Abitbol ressemble beaucoup à un coup d’éclat. Il signale dans la foulée un détail qui compte, pour soutenir les entreprises françaises : s’il en avait l’occasion, "je dirai aussi à Manuel Valls que tous ses ministres prennent l'avion ou le train avec les compagnies américaines ou britanniques et pas françaises", souligne en souriant Laurent Abitbol.