Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La mort programmée du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes


Si l’on en croit le Président de la République, l’aéroport Notre dame des Landes ne se fera pas. Pour les journalistes qui ont recueilli ses propos, il n’y a aucune raison de ne pas le croire. Le grand cafouillage du gouvernement, l’absence d’engagements forts des élus et la volonté des zadistes auront sans doute raison d’un projet qui aurait dû permettre à Nantes de s’ouvrir encore plus sur le monde.



Ségolène Royal, la ministre de l’écologie, a appelé publiquement à "Arrêter les frais" et ses propos viennent sans doute de donner le coup de grâce un projet pourtant soutenu par une bonne partie du tissu économique local qui l'a prouvé en se mobilisant pour le referendum local. En déclarant qu’elle n’était pas favorable à une évacuation violente de la ZAD, l’ex-compagne de François Hollande enfonce le clou déjà engagé par le Président de la république… Au grand dam des pro aéroports qui considèrent que ni l’état de droit, ni le référendum d’il y a quelques mois n'en sortent grandis.

Mais l’abandon de ce projet est loin de faire l’unanimité des chefs d’entreprises locaux comme des voyageurs d’affaires qui utilisent une combinaison train/avion pour les vols long-courrier souvent programmés au départ de Paris. Voilà quelques mois, ils expliquaient que la construction de l’aéroport Notre-Dame des Landes représentait 2 à 4 points de croissance internationale pour les sociétés exportatrices du Grand Ouest. Sur quelle base, cette affirmation ? Pour les spécialistes du dossier, un nouvel aéroport ne signifie pas forcément l’arrivée de nouvelles lignes. Au contraire, seule la combinaison business/loisirs garantit la pérennité de l’investissement et le volume de clientèle suffisant pour justifier d’un vol international. La saisonnalité, le prix, le besoin, l’intérêt réel sans oublier le volume d’affaires avec la destination programmée sont des éléments clés que Nantes ne maîtrise pas forcément.

On a vu dans le passé bien des offres commerciales mises en place par des compagnies aériennes prestigieuses se casser le nez sur la réalité de l’économie. Faute de passagers, un avion fut-il le plus attendu, ne reste pas longtemps inscrit au programme des vols de l’aéroport d’où il part.

Aujourd’hui, seul Manuel Valls confirme, contre vents et marées, que la ZAD sera bien expulsé avant la fin de l’automne et que les travaux pourront commencer dans la foulée. Il reste à connaître la stratégie que mettra en place l’aéroport actuel de Nantes. On devrait en savoir plus au début 2017.







1.Posté par FLYING FROG le 17/10/2016 02:14
Il faut voir la vérité en face: NDDL ne sera pas compétitif!
Le dossier officiel de VINCI montre qu'on sera obligé d'augmenter de 50% les taxes d'aéroport
et NANTES ATLANTIQUE qui est un des aéroports français les moins chers, va basculer dans le club des aéroports les plus chers
Bien évidemment, ce sont les moins chers qui attirent les low cost et se développent le plus rapidement, les statistiques de la DGAC le montrent clairement
un bel aéroport tout neuf n'a jamais attiré les compagnies low cost fut il HQE!
un aéroport ultra compétitif oui, il attire les compagnies low cost
la croissance de NANTES ATLANTIQUE ces dernières années est uniquement le fait des low cost
elle prouve de façon flagrante que c'est la compétitivité qui compte (et pas l'"attractivité" de la plateforme)

2.Posté par REGENT le 17/10/2016 11:53
Y a-t-il encore un état de droit dans ce pays ????
Référendum, recours en tous genres..... L président de le République ne respecte rien !!!!

3.Posté par Gilbert Lec le 17/10/2016 12:01
VIVE LA CONSTRUCTION DE L’AÉROPORT ET L’ÉVACUATION DE LA ZAD

4.Posté par FLYING FROG le 17/10/2016 22:13
Parlons un peu des zadistes si vous le souhaitez!
l'évacuation des zadistes n'a rien de prioritaire, c'est évident
il y a 90 ou 100 zones de non droit en France, la plupart grouillant de jihadistes, certains revenant de Syrie!
J'habite Nantes, et je préfère infiniment le voisinage des zadistes à celui des jihadistes....
et ce projet pharaonique n'a rien de prioritaire!
Nantes Atlantique peut très facilement être modernisé, les exemples récents de terminaux low cost réalisés à Beauvais, Bordeaux ou Marseille ont couté quelques millions d'Euros...
Alors que l'ensemble du projet NDDL coute près d'un milliard d'Euros (dont 70% d'argent des contribuables)
là aussi il y a d'autre priorités!
Je ne suis pas souvent d'accord avec Madame ROYAL, mais je dois admettre que là, elle a 100% raison

5.Posté par MCD mouvement des citoyens debout le 18/10/2016 18:39
ce n'est pas un problème de transport mais de l'autorité de l'état mal placée. En effet si se projet ne se fait pas les autres GPII (grands projets inutiles imposés se se feront pas. Vals étant plutôt du genre matador, Royal plus réaliste, cela montre à quel point Vals et les grands élus locaux, mais aussi les zadistes (qui sont actuellement de paisibles paysans), sont prêts à s'affronter dans un combat asymétrique, qui sera perdu par le pouvoir en place. Les forces armées ne peuvent pas tenir un espace ouvert de 2000 ha dans la durée. Les zadistes ont des bases de replis tout au tour de la zad, connaissent le terrain, et sont très mobiles. La nuit il suffit de lancer quelques fusées de détresse, pour fixer les forces de l'ordre lourdement équipées, qui ne peuvent tenir que quelques carrefours routiers, pas les champs, et e pendant plusieurs années. Les entreprises sous traitantes se verront leurs autres chantiers sabotés. Les étudiants Nantais feront grève, La CGT VINCI est clairement support des zadistes. Le bourbier c'est pour qui ? à quelques mois des élections ! un peu de bon sens messieurs

6.Posté par xoloitzcuintle le 20/10/2016 17:39
Il ne s'agissait pas d'un référendum mais d'une consultation locale. Et puis, celle-ci n'a concerné que les habitants du département de Loire-Atlantique. Pas très démocratique !
En effet, si ce nouvel aéroport avait pour vocation de desservir tout le Grand-Ouest, il fallait consulter également les départements voisins et surtout la Bretagne !!!