Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


La technologie talonne les TMC


Ce n’est pas une révélation, le développement de l’internet et du mobile révolutionne les usages pour l’achat et la réservation des voyages, dans les déplacements professionnels comme pour le loisir. Mais le cabinet de conseil Boston Consulting Group met le doigt là où cela fait mal : si les opérateurs traditionnels du voyage ne bougent pas, ils vont se faire doubler très très vite.



Internet, quand tu nous tiens ! L'expression est particulièrement juste sur ce sujet, le réseau mondial "tient" véritablement le voyage d'affaires par la peau du dos, et il ferait bien de réagir plus vite, si l'on croit l'étude réalisée par le Boston Consulting Group. C’est bien l'usage d'internet qui a permis le développement des VTC ou Airbnb, l’openbooking et l’explosion des réservations en ligne. Or "Entre fin 2010 et mi-2015", explique le BCG, "seul 1% des capitaux investis dans des start-up liées au marché du voyage a été apporté par des entreprises de ce même secteur, le reste émanant de fonds d'investissement (81%) et d'entreprises du secteur technologique et des médias (18%)". La technologie a pris la main sur le voyage, d’affaires ou pas, et le cabinet explique que par manque d’investissement, les acteurs traditionnels des déplacements risquent de se faire pulvériser. Avec d’autant plus d’aisance que la génération Y, née avec les touches du smartphone au bout des doigts, ne demande que cela !

On a déjà parlé des projets de Google dans le voyage, projets finalement abandonnés pour le voyage d’affaires qui qui peuvent sérieusement bousculer le tourisme. Le souffle n’est pas passé loin et le BCG lance trois pistes :

● Une réservation plus transparente et flexible : c’est la priorité des innovations pour 30 experts du secteur touristique interrogés par le BCG. Aujourd’hui, à l’exception du prix, le consommateur ne dispose pas de suffisamment d’informations. Il n’a pas le choix du siège dans un avion ou des services d’un hôtel, par exemple. Et surtout il lui est encore difficile de savoir à quelle période partir pour obtenir le meilleur prix.
Pour parvenir à ce résultat, des entreprises comme la sncf ou Amadeus travaillent avec des start-ups, internes ou externes, notamment par dans des « labs » qui repèrent l’innovation technologique et leur permettent d’explorer des idées ou de mettre la main sur des petits génies. Les acteurs traditionnels, selon BCG, gagneraient à en faire autant, à la fois pour suivre le marché et gagner du temps.

Mieux utiliser le big data : Pour 2/3 des experts interrogés, l’offre personnalisée est inspirante, ils pensent que d’ici 10 ans, les consommateurs pourront faire un voyage à leur image, grâce à des outils comme la biométrie ou la réalité virtuelle. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les profils voyageurs sont souvent mal utilisés voire pas exploités par les acteurs du voyage, TMC et même hôtels, alors qu’ils ont là une mine marketing et une capacité de propositions marketing inégalée. Par ailleurs les nouveaux acteurs type Captain Train ont fait de la satisfaction client un véritable moteur. Les utilisateurs produisent de bons commentaires, créent un flux positif naturel que les start-ups savent exploiter, mais peu les acteurs du voyage.

Des voyages d’affaires améliorés : le temps de loisirs des hommes d’affaires en voyage est encore trop négligé, explique BCG. C’est une bonne piste d’innovation pour les agences de voyages bien implantées sur ce segment.

Pour que les agences de voyages restent dans la course, le BCG préconise de financer des start-up (joint-ventures) ou d’augmenter les investissements sur la partie innovation de l’entreprise (croissance structurelle). Des acteurs comme "AirBnb et Blablacar ont investi le secteur du voyage ces dernières années et disposent de beaucoup de moyens" et "des moteurs de recherche et des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et WeChat ont déjà pris des positions clés dans les différentes étapes d'un voyage - l'inspiration, la recherche, le partage d'expérience", indique le cabinet BCG qui estime que les acteurs traditionnels du voyage devraient s’en inspirer.

Hélène Retout

Méthodologie de l’étude (en anglais) à télécharger ci-dessous : Le BCG a interrogé 30 des plus importants PDG de compagnies aériennes, chaînes d’hôtels ou de lieux de vacances divers d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie sur leur vision du tourisme du futur.
 

bcg_travel_innovated_2016.pdf BCG-Travel-Innovated-2016.pdf  (1.33 Mo)


Jeudi 17 Mars 2016


Notez