Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Le BEA enquête sur un Caracas Paris chahuté


Un vol secoué, chahuté par des turbulences, c'est un événement quotidien. Mais lorsque cela intervient sur un vol transatlantique, cela inquiète après la douloureuse expérience du vol Rio-Paris. Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyse s'est saisi d'un incident survenu sur un vol Air France du 21 juillet.



Le BEA enquête sur un Caracas Paris chahuté
L'info a été donnée par Le Figaro.fr et confirmée depuis par le BEA: ce bureau travaille sur un incident qui a eu lieu lors d'un Caracas-Paris d'Air France. La liaison était effectuée par un A 340, alors que le Rio Paris était assurée par un A 330, mais il y aurait des similitudes qui intéressent les enquêteurs du BEA, qui travaillent toujours sur l'enquête du crash. Le vol de Caracas, qui avait décollé normalement du Venezuela, a traversé une zone de turbulences sévères et non prévue, au nord de l'arc antillais, après 1 heure 30 de vol environ. Les turbulences ont été très importantes, provoquées par un "cisaillement de vent" d'après les pilotes. Le pilote automatique s'est déconnecté, prenant 3000 pieds tout seul, à la limite du décrochage et de la catastrophe. L'équipage a pu reprendre le contrôle et il n'y a pas eu de blessé,mais comme le prévoient les procédures, l'incident a été déclaré après l'atterrissage à Paris CDG par les pilotes. Le BEA, qui enquête ainsi sur environ 400 incidents par an, s'est saisi du dossier le 26 juillet. Son analyse des circonstances pourrait éventuellement donner lieu à des indications prises très au sérieux par les compagnies et les constructeurs.