Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 4 Mars 2014

Le Français a passé en moyenne 35 heures dans les bouchons l'an passé



Paris, Lyon et Grenoble, voilà le trio du pire pour les voyageurs d'affaires qui doivent prendre une voiture pour circuler. Une étude réalisée par Inrix place Paris en 8ème place européenne, avec une amélioration globale de la situation qui lui permet de reculer de 2 places.



Un peu curieusement, Marseille n'apparait pas dans ce classement réalisé par la société d'info-trafic américaine, Inrix, et que livre en exclusivité Le Figaro ce mardi 4 mars. L'étude fait apparaître une amélioration du trafic dans la capitale avec une baisse de 8 heures d'embouteillage par rapport à 2012. "Le Parisien passe néanmoins en moyenne 55 heures dans sa voiture et le Francilien qui a le malheur d'emprunter le périphérique de la capitale entre la porte de Saint-Cloud et la porte d'Orléans - tronçon le plus congestionné du pays - a perdu 77 heures dans sa voiture. Soit l'équivalent de plus de trois jours derrière son volant. Le record en France!" explique Le Figaro. Le reste du classement d'Inrix: Lyon qui garde sa deuxième place avec 43 heures de bouchons par conducteur améliore la situation de 3 heures. Arrive ensuite Grenoble puis Bordeaux (qui améliore la situation avec 41 heures de bouchons en 2013 contre 46 en 2012). Vous voulez savoir les villes où il fait bon rouler ? Comme en 2012, Clermont-Ferrand et Tours sont les villes où l'on passe le moins de temps à faire du surplace.



1.Posté par vainopoulos le 04/03/2014 11:46
d'après les économistes, le fait de gagner 8 heures n'est pas forcément une bonne chose: cela veut aussi dire qu'il y plus de personnes au chômage...qui n'ont plus besoin de prendre leurs voitures!

Voilà, c'était dans la série "partir d'un bon pied dès le matin"

2.Posté par Georges le 07/03/2014 14:40
Qu'appelle-t-on "embouteillage" et comment le mesure-t-on? Question de vitesse? Non, puisqu'un trajet dans les embouteillages du périph parisien peut quand même être plus rapide qu'un trajet sans embouteillage en prenant les Boulevards des Maréchaux qui lui sont parallèles (vous n'avez qu'à faire l'expérience). Ensuite, où s'arrête une ville? Est-ce que dans les embouteillages parisiens on a compté ceux de Versailles et Melun? Est-ce que Lens est compté dans Lille? Quand on voit (voir l'article du Figaro) que Bruxelles est devant Londres, on se dit qu'il y a quelque chose de louche, et on aimerait bien en savoir un peu plus sur le mode de calcul. Depuis une étude absurde faite par le fabricant de GPS Tom-Tom il y a quelques années, et qui avait conclu que Nantes était la ville la plus embouteillée de France, je me méfie de ces études faites à la va-vite, et auxquelles on n'hésite pas à faire dire tout et n'importe quoi.