Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Le SNAV est en "total désaccord" avec la surcharge GDS de Lufthansa


Lufthansa s'est engagée dans la bataille de la vente directe en annonçant la mise en place d'une surcharge de 16€ pour les réservations effectuées via les GDS à partir du 1er septembre 2015. Cette décision n'est pas du goût des professionnels du tourisme et du voyage d'affaires.



Au lendemain de l'annonce de Lufthansa concernant la mise en place d'une surcharge de 16€ sur les réservations effectuées via les GDS dès septembre prochain, le SNAV exprime dans un communiqué son «total désaccord avec la décision des compagnies du groupe Lufthansa de facturer des frais pour les réservations GDS». L'organisation professionnelle estime que «cette décision arbitraire est tout à fait contre-productive et préjudiciable aux agences, à leurs clients et in fine aux compagnies qui l’appliqueront». Selon elle, passer par l’intermédiaire des sites propres aux compagnies entraînera une perte de productivité, des difficultés à comparer les offres, et des problèmes de gestion comptable pour les agences. Elle précise «Si elles choisissent de continuer à effectuer leurs réservation par l’intermédiaire de leur GDS habituel, les agences se mettront hors marché vis-à-vis des ventes directes des compagnies (sites, call centers et agences en propre)».

Le SNAV voit également des inconvénients pour les clients : «Passer par l’intermédiaire d’une agence signifiera soit payer plus cher un billet ou bien ne plus bénéficier d’offres comparatives. L’offre LH ne sera plus accessible dans les SBT, les clients corporate perdront l’usage des outils de gestion de la politique voyage mis à leur disposition par leur agence de voyages». L'organisation conclut qu'avec cette nouvelle politique, les transporteurs du groupe Lufthansa enregistreront une forte baisse de la préconisation par les agences de voyages et une perte de parts de marché vis-à-vis de leurs concurrents.