Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le bonheur, c’est contagieux !




En deux ans, pas moins de deux études le confirment, pour notre plus grand plaisir : le bonheur est une denrée rare qui est contagieuse. Vite, je veux être contaminée ! Et pour nous conforter dans cette idée, le très sérieux British Medical Journal explique que le bonheur se propage "par vagues" entre différents membres d’une même communauté.

Les chercheurs ont établi que des groupes de gens heureux et malheureux se constituaient selon des critères de proximité sociale et géographique. Par exemple, la probabilité qu'une personne soit heureuse augmente de 42 % si un ami qui vit à moins de 800 mètres le devient lui-même. Ce chiffre baisse à 25 % si l'ami vit à moins de 1,5 km, et il continue de décliner à mesure que l'éloignement croît. Les chances de bonheur augmentent de 8 % en cas de cohabitation avec un conjoint heureux, de 14 % si un proche parent heureux vit dans le voisinage, et même de 34 % si ce sont les voisins qui se révèlent joyeux.
Quel rapport avec le voyage d'affaires, me direz-vous ? Minute Papillon, j’y viens ! A l’aide de ma calculette, j’ai fait une rapide addition : vu que nous sommes plusieurs millions de personnes à voyager tous les ans, partant du principe que, quand on part en voyage, on est forcément heureux, j’en conclus que le voyageur est un formidable vecteur de bonheur !
Si je pousse plus loin ce raisonnement hautement scientifique, je n’hésite pas à avancer que toute personne en contact avec un futur voyageur devrait également recevoir sa part de félicité. Ainsi, ne soyez pas surpris, heureux possesseur de valise, si votre travel manager ressemble à une Mary Poppins survitaminée aux oméga 3 et vous tend votre carnet de voyage en chantant à tue-tête : c’est le bonheur de vous voir partir qui la rend extatique. Idem si les douaniers de Roissy entament en vous voyant une danse des canards endiablée avec le personnel au sol de la compagnie aérienne, c’est le bonheur vous dis-je…
Sauf que… sauf que les scènes décrites ci-dessus ne sont pas prêtes de se passer. Car les chercheurs américains ont également démontré que leur formule de multiplication du bonheur par contagion fonctionnait partout, sauf au bureau… Et zut. J'imagine déjà la déception dans les entreprises qui envoient un grand nombre de personnes à l'étranger. Le pied qu'il y aurait eu à s'y faire embaucher ! Et à y rester travailler.

Stéphanie Clément

Lundi 21 Juin 2010


Notez