Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 20 Octobre 2010

Le bruit serait responsable de notre mauvaise perception alimentaire à bord des avions



Selon une étude publiée par The Independent, les chercheurs anglais auraient démontré que certains bruits dans les avions pèsent sur la restitution du goût et modifient sensiblement notre approche de la nourriture servie à bord.



© Air France
© Air France
En mettant en évidence une notion de « bruit blanc », les chercheurs expliquent que l'ensemble des sons aléatoires émis à des fréquences différentes, que ce soit par les moteurs ou ceux moins perceptibles du frottement des ailes sur les courants porteurs, font diminuer notre goût du sel et du sucre.
Menée de façon très sérieuse auprès de 48 les volontaires, tous équipés d'un casque sur les oreilles avec différents niveaux de ce fameux bruit blanc, l'étude démontre que la perception alimentaire variait selon la nature et l'intensité du bruit diffusé ainsi qu'en fonction des aliments proposés au même moment. On savait déjà, dans une étude menée aux États-Unis, qu'une musique douce avec peu de percussions, permettait aux voyageurs de mieux manger dans un avion. À l'époque, en 1996, cette analyse avait été largement étudiée par les compagnies aériennes qui avaient, pour certaines, créé un menu musical spécialement destiné aux heures des repas. Selon le quotidien britannique, il est peu probable que le volume de bruit blanc diminue sensiblement dans les avions ces prochaines années. Les chercheurs de l'université de Manchester affirment que l'on peut imaginer aussi que les cuisiniers pourront prendre en compte ce travail universitaire pour développer des plats "moins sensibles au bruit blanc". Une sorte de cuisine moléculaire chère à Ferran Adria