Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le changement de langue nous fait du bien


Je l'ignorais mais au final l'information ne m'a pas étonné : l'apprentissage des langues reste la première formation européenne demandée par les salariés de 16 des 27 pays de la Communauté Européenne. Selon un sondage réalisé par le cabinet allemand Henge, l'anglais tient le haut du pavé pour 78 % des DRH suivi de près par l'Allemand, l'Espagnol... Et plus loin le Chinois qui a fait un bond spectaculaire dans la liste des stages demandés en passant de 46ème place à la 12ème.



Si l'étude ne détaille pas la nature des formations souhaités en fonction des postes occupés, elle livre quelques pistes aux amateurs de détails. "Voyager et mieux échanger" reste la première motivation des stagiaires. Pour 65% d'entre eux, "manier l'anglais est essentiel à l'évolution d'une carrière". Logiquement, 56 % des sondés pensent que l'on ne "peut pas évoluer dans une entreprise internationale sans maîtriser la langue de Shakespeare". Enfin, 36% pensent "que ne pas parler l'anglais correctement est un handicap pour trouver du travail".
Bien évidemment, les autres langues ne sont pas oubliées. 43 % des personnes interrogées affirment que posséder une langue de la communauté européenne est un réel plus. Pour le nord de l'Europe, c'est l'Allemand à 65%. Pour les Allemands, le Français comme l'Espagnol ou l'Italien apparaissent comme des langues à posséder. Seuls les Anglais sont formels : à quoi bon parler une autre langue si ce n'est pour le plaisir ? 61% d'entre eux estiment que bien maîtriser l'anglais est suffisant aujourd'hui pour assumer leur avenir professionnel.
Selon Robert Henge qui a piloté ce travail universitaire, "il faut analyser avec prudence ces résultats car beaucoup de personnes questionnées évoquaient les langues étrangères qu'ils aimeraient parler et non celles qu'ils parlent correctement ou couramment". D'où la très forte montée du Chinois, principalement en Angleterre ou en Allemagne. deux pays sensibilisés au commerce international et qui enseignent déjà dans les écoles quelques rudiments des cultures asiatiques. "Mais le phénomène est bien là", explique Robert Henge, "On sent que le Chinois fait partie de ces langues qui, pour les jeunes en formation, ouvrent des portes professionnelles importantes même si la majorité avoue leur peur d'appréhender une langue difficile et complexe". Car au final, à peine 38% des européens parlent correctement une langue secondaire. Il y a encore bien des stages à organiser.

Marc Dandreau

Mercredi 23 Mars 2011


Notez


1.Posté par Unosel le 24/03/2011 08:18
Bonjour, nous connaissons bien à l'Unosel la problématique de l'apprentissage des langues pour les jeunes et les adultes.En ce qui concerne le chinois,Il y a encore dix ans, le chinois venait derrière l'hébreu, l'arabe, le portugais et le russe. Aujourd'hui il est en passe de ravir la quatrième position à l'italien.
Avec une croissance avoisinant les 175 % entre 1994 et aujourd'hui, le chinois est la langue qui s'est le plus développée dans les écoles françaises ces dix dernières années.
Petit rappel de chiffres qui remontent à 2800, mais n'ont tendance qu'à augmenter:
1 200 élèves dans l'élémentaire ; 9 500 dans le second degré ; 4 500 dans l'enseignement supérieur ; Plus de 200 collèges et lycées proposent le chinois aujourd'hui ; Un tiers des établissements ont mis en place des échanges pédagogiques avec la Chine et Singapour.
Pourquoi cette passion pour le chinois ? D'abord, la découverte d'une civilisation de 5 000 ans et de sa culture fascinante. Mais aussi une longue tradition française : En 1813 ,création en France de la première chaire de chinois au monde ,et, le 23 mars 2006, inauguration par Gilles de Robien, du Collège doctoral franco-chinois, permettant des études croisées de haut niveau entre les deux pays.
L’attraction que nous subissons pour la chine n’est pas en sens unique : lorsqu'on demande aux Chinois quelle est leur "destination rêvée, ils sont 62% à citer la France devant la Suisse (58%), la Grèce (56%) et l'Italie (55%).
Mais aujourd'hui, c'est surtout le fort potentiel qu'offre le chinois sur le marché de l'emploi qui domine. Les chiffres de l'économie chinoise séduisent : 10 à 11 % de croissance chaque année , et un marché potentiel de milliards de consommateurs !
Les entreprises françaises recherchent de plus en plus de cadres parlant chinois… Un formidable tremplin dans une carrière.

Si vous ou votre enfant décidez d' apprendre le chinois… Prévoyez des obstacles …Le chinois est la seule langue pour laquelle les caractères correspondent à un sens et non à un son, comme pour les langues alphabétiques.
Il existe environ 10 000 caractères au total, vous devrez en maîtriser seulement 3000 pour lire la presse et 1 500 pour comprendre le sens d'une phrase, et, en moyenne il vous faudra prévoir pour étudier le chinois deux fois plus d’heures que pour une langue européenne… Mais une chose est sure : bon ou mauvais élève, le chinois vous fait repartir de zéro !