Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le confort surtaxé!




Air France/KLM ne s'en est pas vantée, mais la compagnie teste depuis le mois de septembre la surfacturation des réservations des places les plus confortables : 50 € pour disposer des places situées sur les issues de secours où au premier rang de la classe éco quand on peut y étendre les jambes. Envie de confort ? Il faut passer à la caisse !

Il y a des années que les spécialistes de l’aérien évoquent la convergence des compagnies régulières vers le low cost et inversement, par souci de rentabilité. Là, on est en plein dedans : Air France, compagnie régulière, pratique en test depuis le mois de septembre et sur les Etats-Unis un système habituellement caractéristique des low-costs, la surfacturation d'un service. En l' occurrence, ce n'est pas le bagage en soute ou l'enregistrement prioritaire que facture la compagnie, mais la réservation des meilleurs sièges. Jusqu'à présent, c'était premier arrivé, premier servi. Désormais l'envie d' étendre vos jambes pour arriver en forme vous coûtera 50 € pour la réservation des sièges du premier rang de la classe éco ou ceux des allées de la sortie de secours. Pas de problème. Actuellement, le test se pratique sur la destination US, mais Air France ne cache pas son projet d'étendre cette surfacturation à tous les longs courriers. La compagnie pourraient ainsi engranger des subsides supplémentaires sur 5% de ses sièges. En période vache maigre, on fait feu de tout bois!
Bien mauvaise nouvelle pour les voyageurs d'affaires: tous ceux qui n'avaient pas droit à la classe business tentaient de repérer les bons sièges en fonction des appareils pour réserver le plus tôt possible. Désormais, il faudra passer à la caisse, car il ne faut pas rêver: il n'y aura plus de dispo au moement de l'enregistrement à l'aéroport...
Air France n’est pas la seule compagnie à s’orienter sur ce chemin : depuis quelques semaines,Singapore Airlines pratique également en test la surfacturation des places situées sur les issues de secours, 50 $. American Airlines avait tenté puis renoncer à faire payer oreiller et couvertures sur les moyen-courrier. Chaque compagnie essaie de gagner de la rentabilité et lance des « ballons d’essai », histoire de voir la réaction des consommateurs. Qu'en pensent les voyageurs d'affaires?

Annie Fave


Jeudi 6 Novembre 2008


Notez


1.Posté par CL le 06/11/2008 13:22
Pour les travel managers, la tâche était déjà bien compliquée pour expliquer aux voyageurs toutes les subtilités du yield management et autres tarifications flexibles. Encore plus difficile d'articuler tout cela avec nos politiques voyages et le paramétrer nos OBT (Online Booking Tools) ....
Nous n'espérions plus de simplification de la part des compagnies à bas coût (c'est leur raison de vivre) mais de la part des compagnies nationales, c'est trop ! Si on les choisit c'est justement notamment en raison des services .... inclus !

2.Posté par sb le 06/11/2008 14:11
C'est purement et simplement scandaleux! l'impact peut etre enorme sur un billet d'avion, car 50€ en plus a l'air de ne concerner qu'un seul secteur, donc à multiplier par 2! est-ce bien cela ?
Pour faire de l'humour un peu exagéré, a quand les toilettes payantes à bord !!! Mesdames, messieurs, il faudra prévoir avant l'embarquement !!!! Heureusement le cout de l'air n'est pas a l'rodre du jour !