Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le coût de l’or noir




L’explosion du prix du baril de pétrole au cours des dernières semaines, provoque un tsunami au sein des compagnies aériennes. Une vague qui touche également les voyageurs d’affaires dont les entreprises doivent faire face à l’explosion des tarifs du transport aérien.

KDS, qui fournit des solutions logicielles de gestion des déplacements professionnels en ligne, s’est penchée sur la question à travers une étude réalisée auprès de son club utilisateurs*. Les résultats montrent l’émergence de nouvelles attitudes de déplacements. Parmi les 41 membres sondés, 45 % déclarent que du fait de l’augmentation croissante du prix du baril, ils s’attendent à ce que leur compagnie réduise le nombre des voyages d’affaires. Ils sont également 64 % à s’interroger sur la légitimité d’une répercussion intégrale de la hausse du prix du pétrole dans le prix du billet ou les charges annexes.
Une prise de conscience individuelle avérée qui ne semble pas trouver un écho toujours structuré en interne puisqu’aucun des membres du club utilisateurs de KDS ne déclare que son entreprise a mis en place une politique de voyage d’affaires qui intègre ou permet de faire face à la hausse du prix du pétrole. Une analyse partagée par Stanislas Berteloot Directeur Marketing de KDS : «La prise de conscience individuelle face à l’augmentation du prix de l’essence est plus rapide que le changement des politiques mises en place par les entreprises» explique ce dernier. «Mais la hausse du pétrole, si elle se poursuit à se rythme, va fatalement générer de nouvelles habitudes. Les différents types de déplacement seront mis dans la balance et de nouveaux usages vont rapidement entrer dans les mœurs».
Un chemin qui reste donc à parcourir à la vitesse «Grand V» tant la problématique «pétrole» va peser lourd dans les futurs budgets «déplacements» des entreprises.

Stéphanie Clément

* le budget d'achat voyages cumulé est de plus de deux milliards d'euros, et les sondés occupent des postes de directeurs voyages et achats dans de grandes multinationales et ont la responsabilité de milliers de voyageurs.

Jeudi 5 Juin 2008


Notez