Le premier quotidien du voyage d'affaires et des déplacements professionnels





Lundi 22 Octobre 2012

Le dialogue impossible entre la SNCF et ses clients


Le sondage UFC Que Choisir publié hier souligne une très nette dégradation des relations entre la SNCF et ses clients en 6 ans. Autrefois un peu passifs, les passagers du train réclament toujours plus de ponctualité là où les conditions de transport ne s’améliorent pas. Résultat : la grogne s’amplifie.



C’est l’histoire du verre à moitié plein : plus de 63 % des voyageurs sont satisfaits des services de la SNCF. C’est nettement plus que la moitié, un score qui plairait bien pour toute élection. Mais cela veut dire aussi un verre presque à moitié vide et surtout considéré comme de plus en plus saumâtre par les voyageurs. Certes, la ponctualité des TGV est plutôt bonne, mais les voyageurs prennent au moins aussi fréquemment les trains régionaux, TER et intercités ou trains de banlieue qui, victimes de pannes, intempéries ou… « accidents de voyageurs », sont quant à eux de plus en plus fréquemment en retard. De quoi perturber le quotidien des déplacements. Mi-octobre la Sadur, association des voyageurs de la ligne D du RER (eh oui, c’est la SNCF) publiait un baromètre constatant 34 % des trains en retard en septembre 2012. Bien sûr, la SNCF a pris conscience des problèmes et d’énormes travaux sont en cours. Ce qui perturbe justement toujours plus les voyages, modifie les horaires, ce que les voyageurs acceptent de plus en plus mal. Malaise.
Guillaume Pépy a beau répéter ses explications et ses excuses, le dialogue reste donc en panne. Y compris dans la terminologie. Avez-vous remarqué qu’avec un bel ensemble, la presse a repris ce lundi le terme «d’usagers» de la SNCF ? La compagnie, elle, parle de plus en plus de clients. Elle a modernisé son vocabulaire, il lui reste à moderniser ses voies, et ses trains…

Hélène Retout



Notez


1.Posté par PAT le 23/10/2012 08:49
'Il lui reste (à la Sncf) à moderniser ses voies et ses trains", écrivez-vous.

Les trains oui. Quand elle renouvelle son parc de matériel roulant, Sncf achète des rames... neuves. Mais savez-vous que pendant quelques mois ce sont les pires en matière d'incidents ? C'est parce que les constructeurs (Alstom en tête mais Bombardier aussi on l'a vu avec la nouvelle rame Ile de France) ont pris l’habitude de faire tester leurs innovations en situation réelle et non pas en phase d'expérimentation. Et pire, ces constructeurs ont l'air de trouver ça normal (au grand dam de Sncf ou lorsqu'ils s'agit de rames commandées par des autorités organisatrices des transports de ces dernières).

Mais les voies, non, mille fois non ! Voyez Réseau Ferré de France, le bien nommé. Avez-vous déjà reproché à Air France ou à n'importe quelle compagnie aérienne la qualité de la piste ?

On commence à parler de faire revenir R.F.F. dans le giron de Sncf (ce que d'aucuns à R.F.F. ne veulent d'ailleurs pas). De grâce, tant que ce n'est pas fait, rendez à R.F.F. ce qui appartient à R.F.F. et jugez certes Sncf sur la qualité de son exploitation mais pas sur la modernisation de ses voies... qui ne sont pas les siennes.

Selon R.F.F., 28 % des retards de trains relèvent d'une cause liée à l’infrastructure. Source : http://www.rff.fr/fr/gestion-page-d-accueil/actualites/amelioration-de-la-regularite-de?var_mode=),

2.Posté par Chloé le 23/10/2012 09:29
Il suffit de prendre le train régulièrement, une fois par semaine, pour toucher du doigt les bugs de la SNCF : trains en retard, wagons sales, malodorants, absence de bars ou de tout autre service. Arrêts inexpliqués... bref rien qui incite à apprécier le rail. Beaucoup de promesses mais peu d'actes !
Chloe