Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Le médecin d’Air France n’avait pas son diplôme !


Fin 2011, Air France Industrie a engagé un nouveau médecin pour diriger le service médical du site Eole de Villeneuve-le-Roi. Mais le médecin... n’avait pas de diplôme !



Le médecin d’Air France n’avait pas son diplôme !
Comme son emploi de médecin du travail le demandait, l’homme a ausculté les 850 salariés d’Air France du site Eole de Villeneuve-le-Roi ou encore signé leurs certificats médicaux et arrêts maladies. Le problème ? Le Parisien rapporte qu’il n’était pas encore diplômé et n’était pas inscrit à l’Ordre des médecins. Il n’avait donc pas le droit d’exercer à ce poste.
Cette étrange situation a été mise au jour par le Comité d’Hygiène de Sécurité de Conditions de Travail de l’entreprise. Les employés lui ayant fait part de leur étonnement face à certaines réflexions du médecin, un délégué a téléphoné au conseil de l’ordre des médecins et découvert le pot aux roses. Le praticien a depuis obtenu son diplôme et démissionné. Néanmoins, le syndicat SUD a porté plainte pour «usurpation des titres» et «exercice illégal de la médecine». Interrogée, Air France a expliqué que son employé «n’avait pas encore pu soutenir sa thèse» mais que cela «ne l’empêchait pas d’exercer provisoirement son métier».






1.Posté par Pierre le 12/09/2013 12:05
Les études de médecine sont longues et la thèse donne à la fin de ces études le titre de docteur. Le DES et DESC obtenu pendant les internats sont les diplômes obligatoires de ce long processus. Néanmoins, les internes en médecine sont considérés comme des médecins à part entière, disposant d'un droit de prescription. L'exercice de la médecine est autorisé pendant deux ans à la fin de l'internat afin d'avoir le temps de travailler la thèse et d'obtenir le doctorat. Ce médecin à t il dépassé le délai?

2.Posté par mauricecg le 12/09/2013 16:02
Bonjour,
Lorsque les membres de sud vont aux urgences hospitalières ils sont soignés et guéris par des internes qui pratiquent la médecine sans la thèse de fin d'études....

3.Posté par Renard le 13/09/2013 17:35
Il ne faut pas croire tout ce qu'on lit dans la presse, surtout quand la source est sud aérien (tendance NPA)
A la fin de son internat, le médecin avait passé son diplôme de fin d'études supérieures et l'ordre des médecins lui avait donné sa licence de médecin remplaçant.
Quand le contrat de travail a été signé, la date d'embauche était calquée sur la date de passage de sa thèse. Malheureusement son professeur de thèse, par ailleurs maitre de conférences et sommité exerçant à l’hôpital Fernand Vidal,choisi par notre interne, est non seulement très compétent mais aussi très "pointilleux" et a plusieurs fois repoussé la date de soutenance de la thèse pour qu'elle puisse servir à l'ensemble de la profession.
En effet, le sujet de la thèse portait sur les risques chimiques en aéronautique. Thèse qu'il a donc passé en retard et qui fut médaillée.
Cette spécialité était très utile à Air France et plus encore sur le site de Villeneuve le Roi, qui a effrayé les riverains lors de son installation quand la brigade chimique des sapeurs pompiers de Paris a du intervenir.
Donc en résumé, il était médecin remplaçant au moment de son embauche, les autorités de tutelle savait qu'il était en attente de passage de sa thèse et ce médecin, comme l'ensemble des médecins de l'industriel d'Air France travaillent en réseau et en attendant la soutenance de sa thèse, ce médecin était suivi par le médecin référent des établissements de la base sud de Paris.
Commentaires,
Ces syndicalistes qui ont fait craqué le service médical de Villeneuve le Roi parce qu'ils voulaient prendre connaissance du registre de soins de l'infirmerie (protégé par le secret médical) ne sont jamais intervenus en session du comité d'établissement industriel pour dénoncer une éventuelle insuffisance ou malversation - alors que cette instance contrôle de droit les services de santé au travail.
Conséquences, le médecin a démissionné de la compagnie malgré les soutiens que nous avons pu lui apporter et les personnels ne vont plus pouvoir compter sur sa compétence alors que les produits chimiques dangereux sont utilisés au quotidien par les salariés.
Voilà le résultat du travail de ces syndicalistes canada dry