Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le nouveau Roissy arrive jeudi... Avec quelques grincements de dents




Le nouveau Roissy arrive jeudi... Avec quelques grincements de dents
C'est demain jeudi qu'ADP dévoilera les contours de la future salle d'embarquement du terminal S4 de Roissy Charles De Gaulle. Cette extension du terminal 2E, ne sera pas opérationnelle avant le début 2013 mais ce nouveau terminal, largement destiné à Air France-KLM, a déjà fait couler beaucoup d'encre. Il y a quelques jours, le quotidien Libération, qui s'était procuré la présentation du projet officiel 2011/2015 d'ADP révélait une phrase clé de ce document, à savoir que "Ce nouveau terminal ne serait strictement pas nécessaire du point de vue des capacités avant 2017".

Avec l'ouverture du S4, probablement au début de l'année 2013, ADP pourra accueillir chaque année 78 millions de passagers. Comme le précise Libération, "Les prévisions actuelles ne font état que de 63 millions de voyageurs à la même période". La construction du S4, principalement dédié à une compagnie battant pavillon national, a de quoi faire grincer les dents des autres transporteurs qui opèrent à Paris. ADP, au cours de diverses conférences de présentation, n'a pas caché que la hausse des tarifs applicables aux services aéroportuaires était principalement liée "aux besoins d'expansion et de modernisation de l'aéroport Roissy Charles De Gaulle". De fait, Paris reste l'une des plates-formes aéroportuaires les plus chères au monde. Qu'importe, ADP malgré sa privatisation est en situation de monopole et peut se permettre d'imposer ses prix sans craindre des représailles économiques.
Paris est une étape importante du transport aérien. Mais le S4 laisses perplexe les spécialistes du domaine. Roissy, construit par étapes successives est loin de répondre aux normes de confort qu'attendent les passagers d'un aéroport. Malgré la réfection en cours du terminal 1, l'amélioration sensible du 2A et du 2B, le programme de remise en état et d'amélioration des conditions de circulation risque lui aussi de coûter cher ces prochaines années. Pour justifier la mise en route du S4, ADP s'engage à refaire le terminal 2D et prévoit sept ans de travaux alors que la plupart des aéroports internationaux qui ont rénovés leur plate-forme l'ont fait en deux ou trois ans. Face à la surévaluation des besoins, ADP crée la pénurie pour justifier l'expansion. Pour beaucoup de compagnies aériennes, cette gestion par ADP des terminaux est "peu compréhensible et ne correspond pas aux règles habituellement appliquées dans l'univers des aéroports internationaux". Et si personne ne peut rien faire pour contrecarrer ces projets à Paris, un lobbying souterrain et discret s'est engagé dans le monde pour discréditer ADP en matière de concepteur et de développeur d'aéroports moderne et intelligents. Aéroports De Paris participe actuellement à la construction de quelques prestigieux établissement aéroportuaires, mais il ne serait pas surprenant de voir cette activité baisser sensiblement dans quelques années . Le modèle parisien ne fait pas forcément le bonheur du monde.

Marc Dandreau

Mercredi 2 Juin 2010


Notez