Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le nuage nucléaire pourrait paralyser le voyage d'affaires


Alors que les informations qui nous parviennent du Japon semblent, selon les experts, en deçà de la réalité, des voix se font entendre aujourd'hui dans le monde pour demander un ralentissement des déplacements professionnels et une restriction du trafic aérien sur et autour de l'archipel nippon. Le tsunami et la catastrophe nucléaire qui a suivi pourraient bien conduire à une chute brutale des voyages d'affaires dans le pays, au delà des prochains jours.



C'est en Allemagne, là où l'opposition au nucléaire est la plus forte en Europe, que s'élèvent de vives critiques face aux risques encourus par les populations suite à la présence de particules radioactives dans les explosions constatées ces derniers jours dans les centrales japonaises. Les nuages radioactifs, selon les écologistes allemands, pourraient s'approcher dangereusement de l'Europe ces prochains jours. Certaines entreprises d'outre Rhin envisagent désormais de se fournir en pastilles d'iodes et en compteur Geiger pour mesurer les risques et s'y préparer. Pour les spécialistes allemands du voyage d'affaires, cette situation préoccupante pourrait conduire à une très forte limitation des déplacements en Asie. Une chute brutale aux conséquences économiques proches de celles constatées lors de l'éruption du volcan islandais en avril 2010. L'Europe n'est pas la seule à s'interroger. Aux Etats-Unis, plusieurs associations américaines du voyage d'affaires demandent une limitation des déplacements en Asie, jugés comme étant une zone dangereuse pour les personnels en mission. Même son de cloche au Canada où, selon les organismes économiques, le principe de précaution doit être appliqué tant que l'on ne connaît pas les risques réels des derniers événements.
Que doivent alors faire les entreprises françaises ? Difficile de se mettre à la place des sociétés dont une partie du personnel est présent au Japon. On sait désormais que le risque est fort dans une grande partie des pays voisins. Ne pas aller au Japon semble aujourd'hui une sage décision. La mise en place de vols supplémentaires de départ de l'Archipel par Air France, à la demande du gouvernement français, répondra sans doute aux craintes actuelles. Mais qu'en sera t-il demain ? Bien malin qui peut aujourd'hui y répondre.

Marc Dandreau

Mardi 15 Mars 2011


Notez