Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Le train deviendrait-il un produit de luxe pour les petites entreprises ?


Parmi les mails que nous recevons régulièrement, un sujet préoccupe depuis quelques mois les PME/PMI et les petites entreprises individuelles : le prix du transport ferroviaire. Si la SNCF communique beaucoup sur les petits prix de l’IDTGV, la réalité quotidienne est bien différente pour les entreprises de province qui veulent se rendre à Paris ou pour les sociétés parisiennes qui veulent se développer en province.



Pour beaucoup d’entre vous, le train est cher, trop cher, et les tarifs professionnels s’envolent alors que les prix sont pourtant encadrés. Non, vos mails ne sont pas illogiques même s’ils demandent souvent si deux entreprises à faire vivre sur le dos du voyageur (SNCF et RFF), ce n’est pas trop. Vous le dites clairement : «Il faut revenir à des tarifs plus clairs et mieux maitrisés. On constate aujourd’hui qu’il est parfois plus intéressant de reprendre l’avion pour circuler en France que de faire le choix du train». Pour d’autres, le voyage en train est «hyper yieldé ce qui explique les prix parfois exorbitants pour les déplacements d’une journée. Près de 200 € en plein tarif pour un AR Paris/Valence en seconde classe». Renseignement pris, on peut y aller et revenir en seconde pour 124 €. Mais quand même. Vous êtes nombreux à nous dire que si les liaisons Paris/Province (désolé pour ce mot un peu péjoratif dans l’esprit de certains) sont globalement bonnes (sauf pour Toulouse, capitale de l’aéronautique), les lignes transversales sont encore limitées et l’hirondelle du TGV Rhin Rhône ne fait pas le printemps des autres régions françaises. «On nous parle de LGV mais si les prix sont ceux du TGV Rhin Rhône, il serait bon que nos amis d’Air France, d’Eaysjet ou Ryanair développent les lignes low cost qui, au final, seront moins chers que le train». Des mails de ce type, nous en avons beaucoup. Aussi, nous nous sommes demandés si des assises professionnelle du train ne permettraient pas de lever les ambiguïtés entre les voyageurs «pros $» et la SNCF. Faire du train le plus bel endroit sur terre n’est pas une vision poétique du transport ferroviaire. Juste un vœu pour beaucoup d’entre vous, persuadés qu’en période de crise, le rôle du service public c’est aussi d’aider les petites structures à se déplacer pour augmenter leurs affaires .

Marc Dandreau

Dimanche 18 Mars 2012


Notez


1.Posté par Nicolas Fabre le 03/04/2012 18:11
Lyonnais et adepte du train depuis longtemps, j'ai pourtant du arrêter car les compagnies low cost (E. J. ) me permettent d'économiser presque 50% en cout et plus de 50% en temps. Sur 10 trajets / mois ça commence à chiffrer. La seule ligne que je continue à utiliser est celle qui relie la Lyon en France à Paris car les prix aéroports / centre sont prohibitifs!