Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 10 Décembre 2012

Le voyage d'affaires dans le top 3 des risques pour les entreprises



La sécurité est devenue un sujet de préoccupation important pour les entreprises européennes qui envoient leurs collaborateurs en voyage d’affaires. Selon une étude publiée par le Groupe ACE et réalisée auprès de 600 sociétés en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, au Benelux, en Italie et en Espagne, elles placent les déplacements professionnels dans leur top 3 des risques pour les 5 années à venir.



Le voyage d'affaires dans le top 3 des risques pour les entreprises
Plus de la moitié des sociétés interrogées considèrent qu'au cours des cinq prochaines années, le niveau de risques encourus par les personnes effectuant des voyages d'affaires va augmenter. Un quart des répondants pensent même qu’ils accroîtront considérablement dans ce laps de temps. Ces résultats positionnent les voyages d'affaires parmi le top 3 des risques préoccupant les entreprises européennes.

De nombreuses entreprises s'inquiètent particulièrement du respect des règles internationales concernant les voyages d'affaires. Dans l'ensemble, 71 % des PME et 65 % des grandes sociétés se soucient des conséquences en termes de réglementations et de taxes. Ces chiffres varient selon les pays avec 85 % des sociétés au Royaume-Uni et 50 % en France.
Plus de la moitié des sociétés interrogées indiquent, selon leur propre expérience, que les régions d'Asie et d'«Australasie» (27 %) ou d'Amérique du Sud (27 %) sont celles où des déclarations de sinistres sont les plus probables.

En comparaison, moins de 5 % des entreprises mentionnent l'Europe Occidentale comme une région à risque. Lorsqu'il s'agit de déclarer un sinistre, 67 % disent être actuellement satisfaites des services de leurs compagnies d'assurance concernant leurs voyages d'affaires. Cependant, le niveau de satisfaction diffère énormément selon le pays. Au Royaume-Uni, presque 90 % des participants assurent être satisfaits de la façon dont leurs déclarations de sinistres sont traitées, mais ce pourcentage tombe à 58 % en Allemagne et à 52 % en France.