Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 25 Octobre 2011

Les Etats Unis pourraient interdire leurs aéroports aux avions européens ?



Est ce la fin annoncée des vols entre les États Unis et l'Europe ? Certains membres de la Chambre des représentants aimeraient que le bras de fer qui s'engage avec la communauté européenne contre la taxe carbone imposée au 1er janvier 2012 soit le plus dur possible.



Les Etats Unis pourraient interdire leurs aéroports aux avions européens ?
Concrètement, la Chambre des représentants a adopté lundi 24 octobre le projet de loi qui interdit aux compagnies US de payer cette taxe. Pour John Mica, à l'origine de ce texte "Il faudra peut-être interdire nos aéroports aux compagnies européennes si l'Europe n'abandonne pas cette idée de taxe carbone. Nous sommes bien décidés à ne pas accepter un tel diktat". Le projet, adopté par des acclamations, doit désormais passer au Sénat qui devrait fortement l'amender voire même le rejeter. Cela ne veut pas dire pour autant, qu'il sera jeté aux oubliettes. Le Président Obama a promis d'intervenir sur le sujet et une taxe identique pourrait être imposées aux USA pour les seules compagnies européennes. Quant à l'interdiction visant à interdire les compagnies sur le sol européen, elle est désormais demandée par le Tea Party qui trouve là un terrain favorable à une expression nationaliste poussée à l'extrême.




1.Posté par Dan le 25/10/2011 10:51
Espérons que les Européens ne céderont pas. L'avenir de la planète est plus important que le nationalisme US. Et ce serait une bonne chose d'apprendre à se passer des US pour développer l'europe.

2.Posté par nowykaczor le 25/10/2011 16:19
Forcément, pour ficher tout individu pour cause de terrorisme potentiel, là on y voit aucun mal.
Par contre, faire payer les pollueurs pour protéger la planète, et on sort les griffes !!
Le jour où la moyenne d'âge des avions des compagnies américaines passera sous la barre des 5 ou 7 ans, et non pas 20 ans comme aujourd'hui, on en reparlera.