Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les banques tournent le dos à Kingfisher plombée par des dettes


La compagnie indienne privée Kingfisher n’a plus beaucoup de soutien. Alors que le gouvernement a indiqué qu’il ne le lui apporterait pas d’aide pour faire face à ses dettes, les banques viennent également de lui refuser de nouveaux prêts. Le spectre d’une brusque faillite plane sur le transporteur.



Les banques tournent le dos à Kingfisher plombée par des dettes
Kingfisher Airlines est dans une position très difficile. Obligée de revoir à la baisse son programme de vols sans avertissement par manque de trésorerie, elle s’est vue refuser par les banques les prêts supplémentaires nécessaires pour redresser son activité. Une information qui dément la rumeur selon laquelle la banque State Bank of India allait proposer au transporteur un plan de sauvetage de 2,0 milliards à 16,5 milliards de roupies (31-253 millions d'euros) qui circulait dans la presse indienne depuis le début de la semaine. Toutefois, ses créanciers seraient en train de réfléchir à une restructuration de sa dette. La santé financière défaillante de Kingfisher inquiète grandement en Inde. En effet, la compagnie - qui n’assure plus que 175 vols quotidiens contre 240 le vendredi 17 février 2012 - peut déposer le bilan du jour au lendemain puisque aucune législation n’oblige les entreprises indiennes à se déclarer en faillite.