Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 9 Avril 2014

Les cartes d'identité "prolongées" passent mal les frontières!



Les autorités françaises ont prolongé de 5 ans, au début janvier, la durée de validité des cartes d'identité établies entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013. Mais cette prorogation n'étant pas indiquée sur les cartes elles mêmes, de nombreux voyageurs se sont fait refouler, en particulier au Magreb ou en Turquie. Le SNAV appelle les autorités françaises à une intervention auprès des autorités concernées.



Datant de 1940, cette carte là ne passerait vraiment pas.....
Datant de 1940, cette carte là ne passerait vraiment pas.....
Les personnes refoulées, voire empêchées, pour certaines d’entre elles, de monter à bord des avions dans les aéroports de départ, étaient pourtant munies, sur les conseils de leur tour-opérateur ou agent de voyages, de la fiche d’information, téléchargeable sur le site du ministère de l’intérieur, traduite dans la langue du pays d’accueil où la carte d’identité suffit comme document de voyage, expliquant cette prolongation, qui ne nécessite aucune démarche de la part des personnes concernées.

Le SNAV (Syndicat national des agences de voyage, business et loisirs) a comme solution de transition recommandé à ses membres de conseiller aux voyageurs se rendant dans les pays où la carte d’identité est acceptée pour l’accès à leur territoire, de se munir également d’un passeport. Mais certains voyageurs habitués à l'Europe n'en disposent pas où les délais d’attente parfois incompatibles avec l’imminence du voyage. Le SNAV demande aux autorités françaises de prendre au plus vite l’attache de leurs homologues dans les pays qui reconnaissent la carte nationale d’identité comme document de voyage pour les informer de sa prolongation automatique de 10 à 15 ans et surtout que des consignes très précises soient passées dans ce sens aux postes de contrôle aux frontières et dans les aéroports et gares internationaux.
Encore plus simple : il suffirait d'autoriser les mairies et commissariats d'apposer sur les documents en question une date limite avec un tampon spécial permettant d'homologuer visuellement et de façon normée cette prorogation pour l'heure très virtuelle!



1.Posté par PAT le 10/04/2014 09:31
Cela me fait repenser à une entrée au Maroc (en 1990 je crois) en possession de l'un des tout premiers passeports de couleur marron siglé "Union Européenne" alors que tous les autres voyageurs avaient encore l'ancien modèle "République Française" à couverture bleue.
Bon, la police des frontières locale m'a finalement pris pour un V.I.P.
Pas plus mal...

2.Posté par Yvan P le 12/04/2014 19:57
"Encore plus simple : il suffirait d'autoriser les mairies et commissariats d'apposer sur les documents en question une date limite avec un tampon spécial permettant d'homologuer visuellement et de façon normée cette prorogation"
Sortez vos calculettes : sous réserve de trouver une encre qui tienne sur le plastique ... à raison d'un coût moyen de 20 euros par mairie en comptant la logistique, compte-tenu des 37 000 mairies concernées, cela ne ferait jamais que 740 000 euros à la louche pour une opération que vous qualifiez de "simple". Une information par la voie officielle des autorités concernées coutera certainement moins cher.