Le premier journal quotidien du voyage d'affaires, du MICE et des déplacements professionnels




Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les compagnies aériennes appellent à simplifier la sécurité dans les aéroports


Qui va pouvoir simplifier et normaliser les procédures de sécurité dans les aéroports ? Telle est bien la question posée par les compagnies aériennes qui s'inquiètent pour leur avenir et leurs capacités d'action si rien n'est fait pour améliorer les procédures.



Pas de doute, les contrôles de sécurité ralentissent la circulation dans les aéroports et, par là même, ralentissent les mouvements des vols. Les compagnies aériennes, réunies à Abou Dhabi, aux Emirats Arabes, ont lancé mardi 16 octobre un appel lors d'une conférence internationale de l'aviation pour qu'une restructuration radicale des procédures ait lieu. Selon Tony Tyler, directeur général de Iata, "En l'état actuel des choses, nous ne pouvons pas faire face au volume de passagers". Selon lui et d'ici 2020, les gouvernements devront mettre en place "des postes de contrôle du futur", dans lesquels les passagers puissent passer sans s'arrêter et sans qu'il leur soit demandé de retirer leurs vêtements, ni de sortir les liquides ou les ordinateurs de leur bagage à main. Il reste que la rapidité ira peut être avec quelques sacrifices sur les données recueillies par les compagnies aériennes, car la simplification des mouvements est aussi liée à la connaissance de l'identité des voyageurs. L'américaine TSA n'a pas caché qu'elle favorisait les voyageurs fréquents lorsqu'elle connaissait leur profil, et s'est d'ailleurs déclarée prête, à Abou Dhabi, à aller plus loin mais à condition de "pouvoir analyser l'historique des déplacements d'une personne", ce qu'elle n'est pas autorisée à faire pour l'instant. Selon John Pistole, à la tête de l'Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA) "Les choses peuvent mieux se passer, si vous acceptez de partager quelques informations" et il précise : "Nous pourrions ainsi passer plus de temps sur (les passagers) sur lesquels on a le moins d'informations". Iata se dit prête à tester de nouvelles méthodes de contrôle d'ici fin 2014 dans quelques aéroports.