Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les compagnies du Golfe auraient reçu 42 milliards de dollars de subventions en 10 ans


Les professionnels de l'aérien européens ont plusieurs fois mis en garde contre les pratiques des compagnies du Golfe. Une récente étude commanditée par les compagnies d'outre Atlantique United, American et Delta assure que leurs consœurs du Golfe ont, en effet, profité d'avantages non négligeables : elles auraient encaissé 42 milliards de dollars de subventions en 10 ans.



Prêts sans intérêts, avances des actionnaires, fournitures non facturées… les gouvernements du Golfe ont multiplié les aides directes on non envers leurs compagnies aériennes si l'on en croit les conclusions de l'étude d'American, Delta et United divulguées par le Figaro le 26 février 2015. Le montant total des subventions accordées en nature ou en espèces aurait ainsi atteint 42 milliards de dollars en 10 ans. Selon le document, Etihad a reçu le plus de subventions avec 18 milliards de dollars entre 2004 et 2014. Le transporteur est suivi de près par Qatar Airways qui aurait reçu17,5 milliards de dollars. Emirates est crédité de 6,8 milliards d'aides et subventions.

En plein lobbying des compagnies américaines contre l'accord de ciel ouvert, signé avec les Emirats arabes à un moment qui leur était plus favorable, l'étude assure que ni Qatar Airways ni Etihad ne seraient rentables sans ces aides. En effet, Etihad aurait enregistré des pertes de 4 milliards de dollars en 10 ans malgré l'injection de 6,2 milliards de fonds propres. Le Figaro rapporte qu'un des commanditaires a dit «C'est le cas de concurrence déloyale le plus important jamais connu. Il porte sur des montants plus élevés que dans la bataille entre Airbus et Boeing».

Ces chiffres inquiètent d'autant plus les compagnies américaines que l'Amérique du Nord est une cible de développement de plus en plus importante pour leurs concurrentes du Golfe. Elles craignent de voir – comme en Europe - de plus en plus de passagers long-courriers se connecter aux aéroports de Dubaï, Abu Dhabi ou Doha.