Les contrôleurs aériens déposent un préavis pour les 25, 26 et 27 mars

Le SNCTA, qui se revendique premiers syndicat des contrôleurs du trafic aérien, a déposé un « premier » préavis de trois jours courant du 25 au 27 mars pour demander « des moyens à la hauteur des enjeux auxquels ils doivent faire face ». Des négociations ont débuté vendredi soir.

Les contrôleurs aériens mettent la pression via leur syndicat SNCTA qui « appelle à un renouveau du dialogue social pour que la DSNA retrouve la maîtrise du pilotage de ses choix stratégiques et de son budget afin de lui permettre de remplir pleinement ses missions ». Dans sa résolution adoptée à l’unanimité à son congrès le 20 mars, le syndicat « exige que les questions relatives à l’organisation du travail, à la retraite, aux rémunérations, à la formation et aux aspects techniques fassent enfin l’objet d’un accord spécifique ». Il réclame des négociations immédiates pour expérimenter une nouvelle organisation du travail à tester dès cet été et finalisée « dans sa globalité en septembre 2015 ». Il réclame un abaissement de la durée des vacations et du temps de travail hebdomadaire, une accélération des carrières et une négociation annuelle obligatoire «pour permettre une réévaluation régulière et, dans l’intervalle, un rattrapage du gel des primes subi depuis 2010». A propos des retraites, le SNCTA exige «la limite d’âge des ICNA devra être confirmée au plus vite par les pouvoirs publics. Le taux de remplacement devra être porté à 70 % pendant les huit ans qui suivent le départ en retraite ».