Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les deux pilotes font la sieste en plein vol


Il n’est pas anormal que les navigants fassent un somme pendant les vols à tour de rôle, surtout sur les long-courriers. Néanmoins, si tous les membres d'équipage font la sieste en même temps, cela devient un incident inquiétant. Les pilotes d’une compagnie anglaise ont reconnu auprès de l’autorité de l’aviation civile (CAA) s’être tous les deux endormis alors que l’avion était en autopilote.



Les deux pilotes font la sieste en plein vol
L’autorité de l’aviation civile n’a pas voulu fournir l’identité des navigants et de la compagnie afin de ne pas dissuader leurs collègues de rapporter de futurs incidents, on ne saura donc pas le nom de la compagnie. Le commandant de bord et le pilote d’un A330 d’une compagnie britannique se sont mis d’accord pour faire une sieste de 20 minutes, chacun leur tour. Mais ils ont dû oublier de décider qui serait le premier. Environ deux heures après le décollage de leur vol international en direction du Royaume-Uni, les deux navigants étaient dans les bras de Morphée et l’avion en autopilote. L’équipage a rapporté l’incident datant du 13 août 2013 au CAA. Il a blâmé le programme chargé de la saison estivale, pour ce coup de fatigue peu professionnel et potentiellement dangereux. Les pilotes ont expliqué qu’ils n’avaient pu avoir que 5 heures de sommeil au cours des 36 heures précédentes. David Learmount, un expert de la sécurité aérienne, a confié au Sun «L’avion est capable de voler en autopilote, mais s’il y a une urgence, il n’y aurait personne pour prendre le contrôle». Il ajoute «Les pilotes ont besoin d’être alerte. Mais le plus grand danger et qu’ils se réveillent et fassent quelque chose comme un mouvement réflexe du genou alors qu’ils sont encore ensommeillés». La CAA a expliqué qu’elle prenait les incidents liés au manque de sommeil très sérieusement. Ce vol du 13 août 2013 résonne particulièrement alors que les professionnels de l’aérien s’opposent aux nouveaux temps de vol voulus par Bruxelles. Ils assurent qu’ils causeront plus de fatigue aux équipages.