Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les hôteliers s'organisent face aux agences en ligne


Les syndicats hôteliers Fagiht et Synhorcat organisent à leur tour la riposte contre les agences de réservation en ligne (OTA). Ils s’opposent principalement à la parité tarifaire imposée par ces agences qui prive, selon eux, l’hôtelier de toute possibilité de négociation avec ses clients.



Les hôteliers s'organisent face aux agences en ligne
Comme l'UMIH la semaine dernière, les autres syndicats hôteliers mènent la fronde contre les services de réservations en ligne. Dans un communiqué, la Fagiht et le Synhorcat expliquent que «Cette clause entrave la liberté des prix et la concurrence car elles empêchent l’hôtelier de louer ses chambres sans intermédiaire, moins chères, que sur Internet qui inclut des commissions très élevées». Face à ce phénomène, la Fagiht et le Synhorcat ont mené plusieurs actions : saisine de la DGCCRF dirigée par le Président des Hôteliers de la Fagiht, Pascal Droux et le Syndicat d’Annecy, action judiciaire du Stnhorcat gagnée contre Expédia … Plus récemment, les deux organismes ont officiellement apporté leur soutien à RED – Réserver En Direct- et à son outil Fairbooking, dont le but est de favoriser la réservation en direct. Enfin, ils ont interpellé Razzy Hammadi, Rapporteur du projet de loi sur la consommation à l’Assemblée nationale, pour demander que soient interdites les clauses de parité de prix imposées par les agences de réservation en ligne aux hôteliers. «Razzy Hammadi a répondu qu’il avait parfaitement connaissance de ce dossier et qu’il partageait la préoccupation des professionnels. Afin de rendre aux hôteliers leur liberté de prix dans un contexte de forte dépendance économique à l’égard de ces agences de réservation en ligne, il s’est engagé publiquement à introduire dans la loi de consommation un amendement visant à interdire ces clauses liberticides», expliquent les deux syndicats. Didier Chenet, Président du Synhorcat et Claude Daumas, Président de la Fagiht saluent cette prise de position : «Cette action permettra de répondre en urgence aux préoccupations majeures de nos professionnels pour le bien des clients, des hôteliers, de l’attractivité du tourisme en France donc de l’Economie et de l’Emploi».