Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les joint-ventures ont fait grimper les prix des billets d'avion, selon CWT


Pour améliorer leur rentabilité, les compagnies aériennes nouent de plus en plus de joint-venture avec leurs consœurs et partenaires d'alliance. CWT Solutions Group a analysé l’impact de ces partenariats renforcés sur le prix moyen du billet transcontinental et transatlantique au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis.



Les coentreprises se multiplient dans le ciel depuis 6 ans. Air France, KLM, Delta ont mis en place la leur mi 2009. La joint-venture Lufthansa, United, Air Canada a vu le jour fin 2009 tandis que les partenaires oneworld, American Airlines, British Airways, Iberia, ont resserré leurs liens en 2010 avant d'être rejoints par US Airways en 2013. La plus récente joint-venture transatlantique a été nouée entre Delta et Virgin Atlantic en 2014.

CWT Solutions Group qui a analysé les données de transactions aériennes de CWT sur les six dernières années sur trois pays (les États-Unis, le Royaume-Uni et la France) et suivi l’évolution du prix moyen du billet pour les 1 000 clients de CWT les plus importants sur les 60 itinéraires intercontinentaux les plus fréquentés par point de vente, démontre que cette redistribution des cartes au dessus de l’Atlantique a modifié le visage des ventes. Alors que seulement 16% des billets transatlantiques étaient achetés à un membre d'une joint-venture en 2009, ce taux était de 96% en 2014. «Même si, pour le voyageur, il peut être avantageux que les déplacements complexes soient assurés par un seul et même transporteur, ces consolidations et alliances donnent plus de contrôle aux compagnies aériennes. Elles gèrent mieux les prix et les disponibilités car chaque joint-venture peut, en combinant le trafic total sur un itinéraire donné, traiter une part de marché plus importante», estime CWT Solutions Group dans son rapport.

L'étude a aussi calculé que le prix moyen du billet sur les itinéraires transatlantiques a augmenté de 17% entre 2009 et 2014. Elle précise que sur la même période, la hausse était de seulement 11% sur les autres liaisons intercontinentales. «Il semble que le recours aux joint-ventures entraîne un surcoût d’environ 6 % sur le prix moyen du billet par rapport aux autres itinéraires intercontinentaux. En pratique, un client qui dépense 10 millions USD sur les itinéraires transatlantiques devra payer plus cher et sera pénalisé d’environ 600 000 USD par an à cause des joint-ventures entre Europe et Amérique du Nord». En parallèle, les prix moyens pratiqués par les transporteurs en joint-venture sur les lignes transatlantiques ont grimpé de 23% sur les six dernières années tandis que ceux des compagnies indépendantes ont baissé de 11%.

Rentabilité, capacité... le modèle des coentreprises a fait ses preuves auprès des compagnies. Il est donc fort probable que ces structures se généralisent sur d'autres secteurs aériens comme le ciel asiatique par exemple qui connaît un développement important. «Par conséquent, le contexte restera difficile pour les entreprises. Elles devront revoir leurs relations avec les compagnies aériennes afin de tirer le meilleur parti des alliances en utilisant l’augmentation de couverture des itinéraires pour potentiellement diminuer le nombre de compagnies aériennes». CWT Solutions Group fournit ainsi des conseils aux entreprises pour limiter les effets de cette hausse des tarifs : négocier avec plusieurs fournisseurs et s’engager sur les volumes, construire des offres liées, négocier en définissant un prix cible ou encore contrôler le prix payé.