Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 13 Février 2012

Les membres de l'OACI de la zone Amérique s'entendent pour améliorer la sécurité aérienne



En vue de préparer le terrain de la conférence mondiale sur la sûreté aérienne qui se tiendra au siège de l’OACI, à Montréal, du 12 au 14 septembre 2012, les membres de l’OACI se réunissent à travers le monde. La semaine dernière, c’était au tour des États membres d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale, des Caraïbes et d’Amérique du Sud de se retrouver pour promouvoir la mise en œuvre de la Déclaration sur la sûreté de l’aviation de l’OACI.



Les membres de l'OACI de la zone Amérique s'entendent pour améliorer la sécurité aérienne
Vingt États membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) de la zone Amérique et Caraïbes ont adopté le 8 février 2012 à l’unanimité, lors d’une conférence tenue à Caracas (Venezuela), une stratégie complète visant à améliorer la sûreté des passagers et du fret dans l’ensemble de l’hémisphère, dans le cadre d’un effort commun pour combattre les menaces pesant sur l’aviation civile dans le monde.
Dans une déclaration conjointe, les représentants des États présents (Argentine, Bahamas, Bolivie, Brésil, Canada, Colombie, Cuba, Curaçao, Équateur, États-Unis, Haïti, Jamaïque, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Suriname, Trinité-et-Tobago et Venezuela) ont convenu de faciliter les communications entre les agences nationales de sûreté et de partager les informations concernant les menaces en temps opportun. Les participants ont aussi lancé un appel à l’OACI pour qu’elle continue d’améliorer la sécurité des vols et plus particulièrement du fret aérien, plus vulnérable. Ils ont aussi accepté de travailler en collaboration avec les autorités de contrôle frontalier et autres organismes de réglementation, tels que l’Organisation mondiale des douanes (OMD), pour renforcer le système mondial de la chaîne d’approvisionnement. Il reste à savoir ce que cela changera, concrètement, pour la vie des passagers et le passage du fret.