Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 22 Juin 2010

Les mobinautes sont encore frileux avec la réservation de voyages sur mobile



Près de 53 % des personnes ayant un accès à l’Internet mobile se disent prêtes à réserver un billet de train à partir de leur téléphone ou l’ont déjà fait, indique la nouvelle étude Benchmark Group «Tourisme et Voyages sur Internet». L'intérêt pour la réservation d'activités de loisirs depuis un mobile est également très fort.



«Sur mobile, les consommateurs imaginent surtout des réservations de prestations simples où l'achat n'est pas précédé d'importantes recherches ou comparaisons. Pour le reste, l'offre sur mobile est encore trop restreinte par rapport à ce qu'un consommateur peut trouver sur le Web», explique Nicolas Garmy, le responsable de l'étude. «De plus, sur de nombreux terminaux mobiles, la comparaison entre plusieurs sites ou prestataires est parfois impossible et le plus souvent peu ergonomique. Cela constitue encore un frein important au développement du m-tourisme». Ainsi, seuls 37 % des consommateurs sont prêts à réserver des billets d'avion via leur téléphone, 28 % un hébergement et moins d'un quart lorsqu’il s’agit d’un séjour complet.

Les possesseurs d’iPhone montrent beaucoup moins de réserves que les autres mobinautes pour la réservation à partir de leur téléphone, y compris concernant l’achat de séjours ou de billets d'avion. «Sur iPhone, les agences de réservation hôtelières ont ouvert la voie en proposant très tôt des applications adaptées à l’ergonomie du terminal», explique l'analyste. Cela explique en partie une plus grande maturité des utilisateurs iPhone en matière d’usages sur mobile. «Mais cette situation devrait se rééquilibrer rapidement car les acteurs du secteur prennent de plus en plus en compte les autres smartphones lors du développement de leurs services mobiles, notamment pour faire face à la montée en puissance rapide d’Android, le système d’exploitation de Google».