Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les pilotes demandent au gouvernement d'agir pour l'aérien


Taxe Chirac, taxe carbone, taxe CDG-Express… L’aérien doit faire face à de nombreuses charges alors qu’il est dans une situation économique difficile. Le SNPL France ALPA demande au gouvernement d’agir pour protéger le secteur.



Les pilotes demandent au gouvernement d'agir pour l'aérien
Un rapport commandité par le Premier ministre, intitulé «les compagnies aériennes européennes sont-elles mortelles», recommandait en juillet de prendre des mesures pour éviter les distorsions de concurrence entre les transporteurs étrangers à cause de l’alourdissement de charges nationales, ou intra-européennes, «Son encre à peine sèche, le gouvernement annonce l’augmentation de plus de 12% de la taxe dite Chirac sur les billets d’avion, annonce la création d’une taxe pour financer la liaison CDG Express, et laisse entrevoir un nouveau prélèvement au travers de la taxe carbone», déplore le Syndicat des pilotes SNPL France ALPA. «Les défis posés par la concurrence de nouveaux acteurs du secteur, compagnies du Golfe ou low-cost, peuvent être relevés, mais encore faut-il que les règles du jeu soient communes, justes et respectées», ajoute l’organisation. Elle demande au gouvernement qu’il prenne pleine mesure de la situation et agisse pour sortir aider l’industrie aérienne à faire face aux enjeux actuels. «Le SNPL France ALPA, au même titre que l’ensemble des représentants des salariés du secteur, ne peut se satisfaire des effets d’annonces jamais suivis de mesures concrètes de ces derniers mois», conclut le syndicat.