Le premier quotidien du voyage d'affaires et des déplacements professionnels





Jeudi 4 Octobre 2012

Les représentants en violon ont intérêt à rester chez eux


Si les douaniers sont vigilants sur les contrefaçons et autres alcools ou tabacs, ils ont parfois des marottes. Les gabelous de Francfort font ainsi, depuis quelques temps, une fixette sur les violons. Il est fermement déconseillé de transiter par l’Allemagne si vous êtes un voyageur d’affaires musicien !



Convaincus que les violonistes peuvent parfois contrevenir aux règles sur les importations, les douaniers de Francfort s’en sont pris par deux fois à des violonistes japonaises pourtant réputées, qu’ils soupçonnaient de vouloir vendre leur instrument. En août, Yuzuko Horigome s’est fait confisquer son Guarnerius, d'une valeur d'un million de dollars, les douaniers lui réclamant 380.000 euros pour le lui restituer. Elle en est propriétaire depuis 1986 ! Fin septembre, la nippo-allemande Yuki Manuela Janke s'est fait confisquer un Stradivarius, une rareté de 1736 d'une valeur de 7,6 millions de dollars, et réclamé une caution de 19% de sa valeur. L'instrument lui était prêté par la Nippon Music Foundation (Fondation Musicale du Japon) dont le but est justement de confier des instruments de valeur à des artistes internationaux. La musicienne a pu produire toute une série de documents : le contrat de location passé avec la fondation, le certificat d'assurance, une photo du précieux Stradivarius ainsi qu'un document prouvant que l'instrument avait été légalement importé au Japon. Mais il a fallu dans les deux cas plusieurs semaines et l’intervention du ministère japonais des affaires étrangères auprès de Berlin pour obtenir restitution. Les représentants en instruments de musique ont bien intérêt à disposer de toute la documentation nécessaire et de sérieuses cautions pour voyager….