Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les tensions compagnies/GDS reprennent avec les frais auxiliaires


Pétrole, économies, libre circulation ou encore taxe carbone étaient au menu de la conférence d'IATA qui s'est tenue du 10 au 12 juin à Pékin. Les compagnies ont également ressorti un autre sujet du tiroir, leur agacement envers les GDS.



Les tensions compagnies/GDS reprennent avec les frais auxiliaires
Les GDS et les compagnies aériennes ont depuis plusieurs années des relations compliquées dont l’un des points d’orgue a été le procès opposant American Airlines à Sabre Holding et Travelport. Mais au delà de la main-mise des GDS sur les réservations, les transporteurs présents en Chine reprochent surtout aux systèmes leur inadéquation face au développement des coûts additionnels. Siège premium, repas spéciaux, accès au lounge… si ces services sont vendus sans problème directement sur les sites des compagnies, leur réservation sur les GDS - lorsqu’elle est possible – connaît de nombreuses limites. «Ils doivent s’adapter pour être capable de supporter nos produits ou nous devront trouver un moyen différent pour les vendre» a indiqué Rob Fyfe, CEO de Air New Zealand à la conférence de IATA.
Au cours des 3 ou 4 dernières années, le secteur de la réservation a investi environ 500 million de dollars pour s’adapter au progrès technologique et aux offres des compagnies aériennes, mais ils ont été ralentis par le coût du changement. «Nous croyons que nous faisons les bons investissements», a confié Gillian Gibson, vice président exécutive de Travelport à Bloomberg mais il a ajouté «Nous avons besoin d’avoir des aides pour passer à la nouvelle technologie».
Ce que les compagnies aériennes aimeraient pouvoir faire par exemple, c’est être capable d'extraire les données stockées sur les achats effectués pour proposer des recommandations de produit sur mesure à leurs clients comme peuvent le faire Amazon et les sites de e-commerce. Cette solution pourrait venir de IATA. Différents experts de Google, IBM et Hewlett-Packard sont actuellement en train de travailler pour l’association afin de proposer ce type de service d'ici la fin de l'année.