Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les transexuels craignent de ne plus pouvoir prendre l’avion au Canada


Au Canada, une loi passée le 29 juillet 2011 interdit aux compagnies aériennes d’accepter à bord les passagers dont le sexe ne semble pas correspondre à celui indiqué sur la pièce d’identité. Avec ce texte, les transsexuels canadiens craignent de se faire refouler dans les aéroports du pays et de ne plus pouvoir prendre l'avion.



Les transexuels craignent de ne plus pouvoir prendre l’avion au Canada
Une nouvelle loi entrée en vigueur au Canada inquiète les associations gais et lesbiennes du pays. En effet depuis le 29 juillet 2011, il est i[«interdit au transporteur aérien de transporter un passager [qui] ne semble pas être du sexe indiqué sur la pièce d'identité qu'il présente»]i. Ainsi les transsexuels et transgenres ont peur de ne plus pouvoir prendre l’avion. Le ministère fédéral des Transports a assuré qu’il n’en était rien puisqu’ils peuvent monter à bord s'ils sont munis d'un certificat médical. Mais le journal québécois La Presse pointe dans son édition du 1er février 2012 que bon nombre de transsexuels n’ont pas un tel document en leur possession surtout s’ils n’ont pas encore été opérés. Même problème avec le passeport, il n’est possible de faire une demande de changement de sexe à l’état civil qu’une fois l’opération effectuée, une procédure qui se révèle très longue. Le 31 janvier 2012, le Conseil québécois des gais et lesbiennes (CQGL) a ainsi demandé au ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, par l’intermédiaire d’une lettre la modification de ce règlement «discriminatoire». Le groupe politique Nouveau Parti démocratique (NPD) a également écrit au ministre pour obtenir des précisions sur la position du texte sur les transsexuels. Bien que la loi préoccupe les personnes concernées, les associations mais aussi le monde médical, pour le moment - en six mois d’application - aucun cas de refus d’un passager pour cette raison n’a été répertorié au Canada.