Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels

Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les voyages d'affaires aux USA pourraient être touchés par la crise européenne


Si la crise de la dette européenne empire de manière significative, elle aura de graves conséquences sur les voyages d'affaires aux États-Unis. Selon l’étude de la fondation Global Business Travel Association (GBTA) «U.S. Business Travel Outlook: European Debt Crisis Scenario», elle pourrait entraîner une baisse de 9 % des déplacements et une chute de 16 % des dépenses, soit près de 88 milliards de dollars.



Les voyages d'affaires aux USA pourraient être touchés par la crise européenne
Étant donné le rôle crucial des voyages d'affaires sur l’évolution de la croissance économique, la lente reprise des affaires aux USA pourrait être sérieusement entravée si la crise de la dette en Europe n'est pas résolue. Les déplacements à l'étranger qui ont joué un rôle important dans la relance des voyages d'affaires depuis la récession, souffriront face à une nouvelle détérioration de la zone euro.

La recherche a identifié trois scénarios différents :

- Scénario de crise actuelle : la récession en Europe, qui est déjà prévue, serait de courte durée et se traduirait par une croissance continue des dépenses de voyages d'affaires aux États-Unis à 263,5 et 277,3 milliards de dollars en 2012 et 2013 respectivement. Le nombre de déplacements devrait également augmenter légèrement jusqu’à 443,1 et 443,6 millions de voyages en 2012 et 2013.

- Scénario de crise modérée : une récession prolongée en Europe se traduirait par une croissance des voyages d'affaires limitée par une réduction des dépenses de près de 40 milliards de dollars (-7 %) et une diminution d’environ 42 millions de voyages (-5 %) entre 2012 et 2013.

- Scénario de crise sévère : une dette généralisée, des faillites bancaires à travers la zone euro ou même une dissolution de l'Union européenne, ses situations graves entraîneraient les dépenses à un niveau bas qui n'a plus été vu depuis la Grande Récession soit une réduction de près de 88 milliards de dollars (-16 %) et une diminution des déplacements de plus 76 millions de voyages (-9 %) entre 2012 et 2013.