Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Les voyageurs d’affaires français sont ils arrogants ?


C’est une réputation qui colle aux basques des Français, elle date semble t-il du 16ème siècle, lorsque le roi et sa cour imposaient leur codes culturels et esthétiques à toute l’Europe. Arrogants, donc, les Français. Le pire, c’est qu’ils le reconnaissent eux-mêmes, aujourd’hui !



Faut-il jouer à l’auto-flagellation ? En tous cas une étude publiée par le think Tank américain Pew Research Center est sans appel : les Français eux-mêmes s’y attribuent la médaille de l’arrogance, entretenant ainsi une image qui nous colle à la peau. Et allant dans le sens de nos voisins britanniques et allemands, pour qui les Français sont sans nul doute les plus arrogants d'Europe. Les moins arrogants? Eux-mêmes! Les plus empathiques? Encore eux-mêmes. Les moins empathiques? La Grande-Bretagne pour l'Allemagne, l'Allemagne pour la Grande-Bretagne... Les stéréotypes ont la vie dure. On ne s’aime pas beaucoup, en Europe !! Et bien souvent on ne se gêne pas pour se coller des peaux de banane dans les négociations de contrats, c’est la loi du genre…. Il reste que l’Allemagne a elle aussi son lot de dénigrements. Elle est la plus arrogante pour cinq autres pays interrogés : République Tchèque, Italie, Espagne, Grèce et Pologne. Mais 4 de ces 5 pays reconnaissent en même temps que l'Allemagne est le pays le plus digne de confiance. Même la France, que l'on accuse parfois de germanophobie, approuve ce choix. Serait-ce donc la jalousie qui nous ferait parler ??

Il reste que l’étude va bien au-delà de cet aspect un peu anecdotique pour dresser un état des lieux très complet de la situation européenne. Et pour le Pew Search Center, l’Europe est elle-même la plus malade de toute l’Europe. Chacun tirant dans les pattes de l’autre, avec néanmoins un tacle particulièrement rude pour la France, « en chute libre » selon l’étude. Effectuée en mars dernier sur plus de 7 600 personnes dans huit pays de l’UE (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Pologne, République tchèque, Espagne, Italie, Grèce), l’étude constate une « perte de foi » dans la capacité de l’Europe à remonter la pente. Violent.

Annie Fave

Jeudi 16 Mai 2013


Notez