Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 20 Février 2013

Les voyageurs d'affaires mettent en moyenne 25 min pour aller au travail



25 minutes, c’est le temps moyen que passent les Français dans les transports pour se rendre au bureau tous les matins. C'est une étude Ifop réalisée pour Metro et JOBaProximite.com qui révèle ce chiffre. Si beaucoup de collaborateurs pestent contre les bouchons, les retards de trains et les RER bondés… Tout de même 78 % d’entre eux se disent satisfaits de leur trajet domicile-travail.



Les voyageurs d'affaires mettent en moyenne 25 min pour aller au travail
Les actifs ne sont pas tous égaux devant le temps de trajet entre leur maison et leur lieu de travail. S'il dure en moyenne 25 min en France, les Franciliens passent plus d’une demi heure (36 min) dans les transports tandis que les Provinciaux ne mettent que 23 minutes. D’ailleurs en province, 42 % ont moins de 15 minutes de trajet (22 % en Ile de France). C’est en Région Parisienne que se situent le plus de personnes mettant plus d’une heure pour aller travailler : 1 sur 10 contre 3 sur 100 en province. De plus, sur l’ensemble de l’Hexagone, 12 % des actifs ne sont pas concernés par les trajets maison/bureau puisqu’ils travaillent de chez eux ou encore sont travailleurs itinérants. «En quatorze ans, la durée moyenne domicile-travail a progressé de moins de deux minutes tandis que la distance moyenne a augmenté de trois kilomètres», a expliqué Anne Aguilera, chercheuse à l’IFSTTAR au Journal Metro. Elle a ajouté «L’utilisation accrue de la voiture a contribué à cette stabilité. Cependant, l’aller-retour au domicile le midi est en forte baisse, en raison de la journée continue et de l’augmentation des distances qui le rendent trop coûteux en temps et en argent». 78 % des Français sont satisfaits par la durée de leur trajet quotidien néanmoins près de 39 % d’entre eux seraient prêts à changer d’emploi si cela le réduisait. Le temps passé dans les transports semble un sacerdoce pour beaucoup d’actifs puisque 72 % des insatisfaits seraient prêts à prendre un nouvel emploi pour le diminuer.