Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les voyageurs d'affaires taxés pour l'air respiré à l'aéroport de Caracas


Les voyageurs d'affaires connaissent bien la taxe carbone, maintenant ils découvrent la taxe Ozone lors de leur départ de l'aéroport de Caracas. Pour financer son nouveau système d'air conditionné, depuis le 1er juillet 2014, la plate-forme vénézuélienne fait payer les passagers pour l'air qu'ils respirent!



Tous les passagers des vols domestiques et internationaux au départ de l'aéroport de Caracas doivent désormais verser 127 bolivares (15 euros environ). La plate-forme leur demande cette somme supplémentaire pour financer le nouveau système d'air conditionné installé cette année. Sur son site internet, elle indique que cette machine permet d'«éliminer les contaminants» et d'injecter de l'ozone afin d'améliorer la qualité de l'air respiré sur le site.

Ce serait le premier dispositif du genre dans un aéroport d’Amérique du Sud et des Caraïbes. Selon CNN, plusieurs voyageurs se sont plaints de cette taxe via les réseaux sociaux. Une passagère a par exemple écrit «Tandis que la puanteur des toilettes m'asphyxie... ils ont commencé à facturer 127 bolivars pour respirer l'ozone à Maiquetía».

Le Venezuela n'est pas une destination extrêmement "Friendly" pour le transport aérien dernièrement. En plus de cette nouvelle charge, le pays connait d'importants désaccords financiers avec plusieurs compagnies aériennes et devrait près de 4 milliards de dollars aux transporteurs.

Vue générale de l'aéroport de Caracas
Vue générale de l'aéroport de Caracas