Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Lufthansa dévoile sa Premium Economy


Pendant de nombreuses années, Lufthansa a repoussé l'idée d'introduire une Premium Economy dans ses avions. Mais face aux demandes des passagers, la compagnie allemande a finalement décidé de se lancer. Et elle ne fait pas les choses à moitié. La nouvelle gamme qui prendra son envol le 10 décembre 2014 sera déployée sur l'ensemble de la flotte long-courrier en 9 mois.



Les voyageurs d'affaires vont pouvoir découvrir le siège Premium Economy de Lufthansa à partir du 10 décembre 2014. La nouvelle gamme de la compagnie sera déployée sur les destinations assurées par les Boeing 747-8i au départ de Francfort : Washington, Chicago, Mexico, São Paulo, Hong Kong, Pékin, Buenos Aires, Séoul et Bangalore. A partir de fin janvier, le siège sera également présent sur lesA340-600. Les passagers devront attendre avril pour le voir apparaître sur les A380-800 en avril. «Nous serons la seule compagnie à proposer une Premium Economy sur l'ensemble de sa flotte long courrier», a expliqué le Directeur général Lufthansa France et Benelux Steffen Weinstok lors de l'IFTM Top Resa. Lufthansa avait pourtant longtemps hésité à lancer cette offre. «Ce produit, présent chez nos concurrents, était connu par les sociétés. Depuis 2 ou 3 ans on nous demandait régulièrement pourquoi nous ne le proposions pas», reconnaît le cadre. «Notre Première a remporté 5 étoiles à Skytrax, notre Eco a été repensée et 75 % de nos avions proposent maintenant notre nouvelle Business dont les sièges sont Full Flat, c'est donc le bon moment pour introduire un produit entre la classe Affaires et l'Eco», ajoute t-il.

Jusqu'à 50 % d'espace supplémentaire
Grâce à ce nouveau produit, les professionnels en déplacement pourront profiter d'un siège plus large (48,3 cm contre 44,5 cm en Economy Class), un espace entre les fauteuils plus long de 17 cm ainsi qu'une inclinaison plus importante (23 cm contre 15 cm en Eco). Coté technologie, l'écran tactile fait 30 cm. Il est également possible d’accéder aux jeux et divertissements à bord par le biais d'une télécommande individuelle. Le fauteuil dispose aussi d'une prise de branchement pour PC et un port USB. La compagnie portera également une attention particulière aux services à bord. Les clients seront accueillis avec un verre de bienvenue avant le décollage. Les plats au choix seront servis dans de la vaisselle en porcelaine. Autre plus de cette offre : la franchise bagages est de 2 valises de 23 kg. Par contre, les passagers désireux d'attendre leur vol dans un Business Lounge du transporteur devront débourser 25 euros supplémentaires par personne pour y rentrer. «Cette nouvelle cabine devrait nous permettre de dégager 600 à 700 millions d'euros d'amélioration de recette par an», confie Steffen Weinstok. La nouveauté fait partie d'un programme d'amélioration des services (avions, lounge, cabine...) de 3 milliards d'euros. Lufthansa vise en effet un autre objectif. «Nous travaillons sur nos produits afin que toutes nos classes obtiennent les 5 étoiles sur Skytrax».

Occuper le terrain
La présentation du nouveau siège Premium Economy a aussi été l'occasion d'évoquer les autres projets du groupe. Lufthansa a quasiment finalisé le transfert de toutes ses lignes françaises à Germanwings. «Il ne reste plus que Nice - Düsseldorf. Mais ce transfert se ferra dans quelques semaines d'ici octobre». Pour Steffen Weinstok, le low-cost est une évidence dans un secteur où le prix du billet est un critère de choix de plus en plus important. «Il ne faut pas laisser de champs à la concurrence. Il est donc important de développer une structure de coût adaptée». Pour le groupe germanique, cette solution est Eurowings «Ses coûts sont inférieurs de 20 % par rapport à Germanwings, qui est elle-même 20 % moins onéreuse que Lufthansa». Comme cela avait déjà été évoqué, la première base de la compagnie à bas prix sera installée à Bâle avec 3 avions. Les développements suivants viseront les marchés belge, suisse et autrichien.