Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Jeudi 1 Avril 2010

Lufthansa rachète Air France et British Airways, le patron de BA devient steward : best of des poissons d'avril



Les compagnies aériennes ne manquent pas d’humour et nous le prouvent avec une belle série de déclarations farfelues pour le traditionnel poisson d’avril. Lufthansa rachète Air France, Qantas devient Quantas, Delta déménage son hub à Chattanooga, Tennessee, et Ryanair surtaxe l’oxygène dans ses avions.



Le premier avril, tout est permis. Les compagnies aériennes en profitent pour imaginer des informations loufoques et se moquer d’elles-même, et parfois envoyer quelques petites piques bien senties. Le président de British Airways veut devenir personnel navigant en vantant les perspectives de carrière et la possibilité de créer des liens étroits avec ses collègues. Chez Ryanair, on joue comme toujours la carte de l’autodérision. Le patron Michael O’Leary nous apprenait hier sans grande surprise que désormais, il faudra payer pour la pressurisation de la cabine. Le cas échéant, le niveau d’oxygène sera réduit au minimum vital pour maintenir les passagers conscients.

Le patron de Qantas Alan Joyce affirme lui qu’il va ajouter la lettre « u » au nom de la compagnie, estimant avec humour et peut-être une pointe d’agacement que le monde entier excepté l’Australie écrit déjà «Quantas». Drôle, mais pas autant que la Lufthansa. La compagnie allemande a déclaré avoir racheté Air France et British Airways et explique qu’après avoir pris possession de pratiquement tout le monde en Europe, ces deux-là faisaient un peu tâche dans le paysage. Son patron, Wolfgang Mayrhuber, ajoute que grâce à cette fusion, les mouvements de grève communs pourront être encore plus impressionnants... C'est de bonne guerre. En apprenant ces déclarations, le patron de SAS a immédiatement déploré ne pas avoir été racheté par sa rivale allemande : "Nous sommes terriblement vexés d’être les seuls à ne pas avoir été rachetés. D’autant que nous pourrions ramener une trentaine d'autres syndicats à la fête, donc je ne comprends vraiment pas pourquoi nous sommes laissés de côté.". Et vlan !