Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


MH370: l'expertise du débris d'aile débutera mercredi


Le débris d'avion découvert à l'île de La Réunion le 29 juillet 2015 pourrait bien être un morceau de l’avion de Malaysia Airlines, disparu en mars 2014. Les spécialistes de l'aérien ainsi que les autorités malaisiennes et australiennes penchent de plus en plus vers cette hypothèse. Un numéro partiel de la pièce indique, en effet, que l'objet provient d'un Boeing 777, appareil qui assurait le vol MH370. Toutefois, l'expertise du fragment d'aile ne débutera que mercredi prochain.



Les spécialistes de l'aérien ainsi que les autorités australiennes et malaisiennes doutent de moins en moins. Pour eux, la pièce d'avion, retrouvée à l’île de La Réunion, appartient au Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu en mars 2014. Le vice-ministre des transports malaisien, Abdul Aziz Kaprawi a déclaré «Je crois que nous nous rapprochons de la résolution du mystère de MH370. Cela pourrait être une preuve convaincante que le MH370 s’est abîmé dans l’océan Indien». De son côté, Martin Dolan, directeur du Bureau australien de la sécurité des transports indique «sommes de plus en plus convaincus que les débris sont ceux du MH370». Il a ajouté que les derniers doutes devraient être levés «dans les prochaines vingt-quatre heures».

Mais le débris d'aile, transféré en France pour des analyses, ne sera étudié qu'à partir de mercredi.

Le parquet de Paris a, en effet, annoncé le 31 juillet 2015 que l'expertise du morceau débutera mercredi prochain au centre de la Direction générale de l’armement-techniques aéronautiques (DGA-TA). Il a précisé «Des morceaux d'une valise, découverts à proximité du débris d'avion, vont également être acheminés et feront l'objet d'une expertise à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) à Pontoise, dans le Val-d'Oise».
De plus, l'un des trois magistrats français chargés de l'enquête, un représentant des autorités judiciaires malaisiennes, un membre du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), les gendarmes français, et les experts malaisiens se rencontreront lundi.