Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 26 Avril 2011

MICE : le coût des consultations surcharge l'économie des agences et des annonceurs



L’ANAé (Association des agences de communication événementielle), prend tous les trimestres le pouls du marché au travers d’un questionnaire adressé à ses adhérents. Le questionnaire a permis d’aborder cette fois-ci le coût des compétitions régulièrement organisées par les annonceurs pour choisir leurs agences.



MICE : le coût des consultations surcharge l'économie des agences et des annonceurs
Selon les chiffres publiés le 26 avril par l’ANAé, le coût des appels d'offres est très élevé, avec une moyenne par agence de plus de 6.000 € HT par consultation et une fourchette haute bien au-delà des 10.000 € HT pour les événements de moyenne ou grande envergure. Un chiffre à multiplier par le nombre d’agences interrogées – a priori 3 agences, voire 4 au maximum – et par la cascade de cotations des prestataires que les agences sollicitent pour leur recommandation.
Sur cette base, le coût moyen de chaque compétition oscillerait de 12 000 à 16 000 € HT (jusqu’à 60.000 € HT pour certains gros événements) sans prendre en compte le coût pour l'annonceur, qui doit piloter ces consultations et étudier les recommandations.
L’ANAé dénonce donc «une véritable perte de valeur représentant un temps considérable, pour les agences comme pour les annonceurs», et souligne la nécessité d’une prise de conscience de l’ensemble des acteurs de la filière événementielle. L'Association, à l'instar du Guide de la Relation annonceur - agence conseil en communication événementielle, recommande qu'à l'exception des marchés publics, une compétition entre agences ne soit pas un recours systématique : une relation pérenne annonceur-agence est à privilégier dans un cadre négocié. L’ANAé préconise également la limitation à 3 ou 4 agences consultées, et la généralisation du principe de dédommagement des consultations. Le devis devrait donc être payant, en quelque sorte.